Apprendre sur le tas de Boucar Diouf

Apprendre sur le tasApprendre sur le tas biologie des bouses et autres résidus de digestion  est un livre de Boucar Diouf que ma sœur m’a prêté.  Qui oserait écrire un livre sur la « marde »?  C’est comme ça, nous, québécois que nous nommons la « merde ».

Je dois dire en partant que je connaissais très peu Boucar Diouf.  Tout ce que je savais c’était qu’il est noir, Africain et humoriste.  Aussi j’ai été surprise d’apprendre que c’est un scientifique: il est venu au Québec pour faire un doctorat en océanographie!  Il se présente aussi comme humoriste et animateur de radio et télévision.

J’ai bien aimé cette citation.

Recevoir une fiente d’oiseau sur la tête est, par exemple, souvent associé à la chance. « Quand on a sa propre statue dans un parc, on commence à regarder les pigeons d’un autre œil « , disait Winston Churchill.

 

J’ai aimé son livre pour plusieurs raisons.   En tant que scientifique, Boucar nous apprend beaucoup de choses inusitées et évidemment amusantes sur le monde de la  crotte.   On en apprend vraiment sur le tas!  Et aussi à quel point une chose aussi naturelle que la moufa (synonyme de caca pour Boucar) est importante pour l’environnement et l’équilibre de la nature.  J’aime apprendre.  Même sur les « résidus de digestion.  Qui l’eût cru?

Son bouquin est séparé en trois partie après un avant-propos: en premier, « le caca dans le monde animal », deuxièmement, « ce moufa humain dont on se méfie » et troisièmement « le vent avant l’orage ».  En bon universitaire, l’écrivain ne manque pas de citer ses sources à la fin du livre.

Aidant à la légèreté du ton, le livre est truffé d’illustrations amusantes de Philippe Béha.  Cet ouvrage se lisant rapidement (130 pages), est un excellent divertissement en plus de vous instruire.  Pensez comment vous aurez l’air intelligent quand, lors de votre prochain cinq à sept, vous apprendrez à votre interlocuteur que si une baleine bleue chie de la marde rouge, c’est parce qu’elle a mangé du krill. Ah! Ah!

L’auteur réussi un autre exploit, c’est-à-dire à bien utiliser tous les synonymes de la chose!

Et vous?  Connaissez-vous Boucar Diouf?  Sinon, je vous souhaite une bonne lecture.

Phrenssynnes.

p.s. Boucar Diouf et ses éditeurs  n’ont pas été mis au courant de ce projet.

 

 

 

 

 

 

0 thoughts on “Apprendre sur le tas de Boucar Diouf

  1. abagendo février 25, 2020 / 1:03

    Non, je ne connais pas cet auteur; je ne sais pas si je vais oser le lire, je crains que ce sujet soit étouffant même traité en seulement 130 pages, j’aurais un peu l’impression de manquer d’air frais!!!!
    Mais il est certain qu’on apprend beaucoup sur un milieu en étudiant ses résidus….

    • Phrenssynnes février 26, 2020 / 7:26

      Ah!Ah! Ne vous en faites pas Abagendo, le livre n’est pas en « odorama ». Et je suis certaine que Boucar vous fera sourire et cela plus d’une fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *