J’ai lu un Chick-lit, un vrai!

Je dois vous avouer ce petit plaisir coupable. Vous savez, quelque chose que vous avez fait dont on est un peu gêné de se vanter.  Mais tellement bon et que vous avez savouré jusqu’à la dernière goutte.

Ma fille Kit4 avait une caisse de livres à donner. Elle a demandé à Lhom d’aller la porter à un organisme de charité.  La dite caisse traînant à la maison quelque temps, impossible pour moi de ne pas y jeter un coup d’œil…  Je n’ai pas pu m’empêcher d’en garder mais seulement trois.  Raisonnable quand même…  Et j’ai découvert Sophie Kinsella.  Mais qui diable est Sophie Kinsella?

0782AEE4-9512-4B65-9B7D-294636B1E226

C’est une expression anglaise qu’on pourrait traduire comme « écriture de poulette ». Un courant littéraire visant un lectorat féminin ayant débuté fin des années 90.   Sex in the city , Le journal de Bridget Jones et Confessions d’une accro du shopping.  Ça vous dit quelque chose?  Et bien, c’est ça du Chick-lit.

Ces romans mettent en scène des jeunes femmes de plus ou moins trente ans vivant un quotidien cruel. Que ce soit professionnellement et/ou dans leur vie amoureuse.  Elles sonts à la recherche du prince charmant. S’abreuvent de cocktail à la mode dans les bars à la mode dans une grande ville… à la modeL’intrigue est basée sur le schéma de celui de Cendrillon! Il est aussi caractérisée par un ton humoristique frisant avec l’ironie. Il faut de la romance et une fin heureuse (la plupart du temps.).  Bref, un genre de comédie romantique.
05B45125-CDF9-4409-8B0F-425EDBF0A098

Qu’est-ce que le « Chick-lit »?

Avec le temps, il y a plusieurs sous-catégories du genre : paranormal, religieux, vampire. La variation que j’ai lue pour vous est Très chère Sadie. Écrit par Sophie Kinsella ou Madeleine Townley de son vrai nom.  Une histoire de fantôme.

Quatrième de couverture :

La vie de Lara, 27 ans, par en cacahouète : un fiancé qui la plaque, une entreprise au bord de la faillite, des factures qui s’accumulent… Et la cerise sur le gâteau : sa meilleure amie l’a lâchée pour partir vivre en Inde!  Bref, Lara n’a ni le temps ni la patience de s’occuper de cette mystérieuse jeune fille qui semble tout droit sortie des années vingt.  Et pourtant, la voilà embarquée dans une chasse au trésor pour le moins rocambolesque…

Quand on lit un roman, c’est un peu comme si on faisait un contrat avec l’auteur; il nous raconte une histoire. On accepte que ce soit une fiction et on est prêt à se la faire raconter.  Pour lire ce livre, vous devez vouloir croire au fantôme au moins le temps du roman. Et aussi, accepter de lire un genre pas très sérieux.  Pendant cette période estivale, envie de lire quelque chose de léger, distrayant,  comme du bonbon, c’est le livre qu’il vous faut.

. . .

Pour lire plus d’articles sur Phrenssynnes se cultive

. . .

B988DE45-41D0-4EDE-8051-C4A6A2E6C465

Moi, comme je vous ai avoué, c’est la première fois que je lisais cette auteure. Alors, je n’avais pas de grandes attentes.  J’ai trouvé le récit intéressant, bien dosé.  On sait ce qui s’en vient! Par contre, la plume de l’écrivaine nous donne du plaisir à le découvrir en le lisant.

Citation

«En soupirant, je ferme le site des joailliers et me tourne vers ma grand-tante.  Aujourd’hui, elle porte une robe argentée qu’elle convoitait quand elle avait vingt et un ans mais que sa mère avait refusé de lui acheter.  Elle est assise sur le rebord de la fenêtre ouverte, côté rue, ses jambes pendant dans le vide.  À l’exception de deux fines bretelles, sa robe est dos nu.  De toutes ses tenues de fantôme, c’est ma préférée.»

Lara, l’héroïne découvre quelque chose d’intéressant et c’est agréable de voir comment elle évolue à travers ce qu’elle vit.
7325021C-1D77-4F53-85D3-3C8CFBB1E70D

La photo de la semaine

Et pour terminer voici la photo de Lhom de la semaine, à défaut d’y aller (soupir…)

Ogunquit, Maine
Ogunquit, Maine

Je vous souhaite une bonne semaine et j’aimerais vous exprimer ma gratitude, toute ma reconnaissance pour votre fidélité!

Phrenssynnes.

P.S. Sophie Kinsella et ses éditeurs n’ont pas été mis au courant de ce projet.

P.P.S.  Bon! Maintenant j’ai promis à ma sœur de lire «Le consentement » de Vanessa Springora.  Un peu différent…