Quelles sont vos résolutions pour 2024?

2024!!!

 

«I’ve learned that people will forget what you did, people will forget what you said but people will never forget how you made them feel. »

Maya Angelou

Lutin de Noël numéro 2 (crédit photo Phrenssynnes)

2024

Depuis plusieurs années, j’adopte la résolution de ne pas en prendre au jour de l’An.

En 2019, cette maxime de Maya Angelou m’a inspirée. Je la trouve toujours d’actualité en 2024.

Cette citation ressemble à mon objectif du blogue, j’espère que vous vous sentirez mieux après avoir lu mes textes. Bref, pour vous tous, je vais essayer encore en 2024.

Dans mon dernier article, je vous avais avisé que la prochaine publication paraîtrait en janvier 2024. Mais je n’ai pas pu m’empêcher de vous écrire un petit mot en cette fin d’année.

Et vous ? Faites-vous un bilan de votre année?

Prenez-vous des résolutions au jour de l’An? Les avez-vous tenues dans les années passées? Et quelles sont-elles pour 2024?

Lhom se joint à moi pour vous souhaiter santé, bonheur et prospérité pour tout et chacun d’entre vous en 2024.

Phrenssynnes

Pour me suivre et ne rien manquer, inscrivez vous à ces deux publications.

En vous abonnant sur le blogue (sur la plateforme WordPress), vous recevez le samedi matin ma dernière publication sur différents sujets : la culture, la bouffe, les voyages ou certaines réflexions.

Abonnez-vous au blogue

Pour recevoir les dernières publications du blogue :

Vous pouvez aussi souscrire à mon infolettre mensuelle (sur la plateforme Substack). Sur une note légère, humoristique et positive, je partage les idées géniales découvertes lors de mes navigations sur le web et qui mérites votre attention.

Comment faire un clafoutis aux petits fruits

Clafoutis

Le clafoutis est un dessert léger et rapide à faire que j’adore.

Selon Wikipédia un clafoutis est un gâteau traditionnellement composé de cerises coupées et recouvertes d’un appareil à flan. Il est aussi fait souvent avec des prunes.

Je laisse aller ma créativité et j’utilise des petits fruits. Pour cette recette j’ai utilisé des fruits congelés.

Clafoutis aux petits fruits

Ingrédients

  • 2 tasses de petits fruits frais: fraises, bleuets, framboises, mûres ou cerises
  • 4 œufs
  • ½ tasse de farine de blé entier
  • 1 tasse de lait
  • ¼ tasse de sucre + ½ cuillère à thé de sucre (pour saupoudrer sur le dessus avant de mettre au four)
  • 1 c. à thé d’essence de vanille

Préparation

Étape 1

Faire chauffer le four à 350 degrés Fahrenheit.

Mettre les fruits dans le fond d’une assiette à tarte ou à quiche beurrée.

Battre les œufs avec le sucre.

Étape 2

Ajouter, en alternant, le lait et la farine afin de faire une pâte sans grumeau.

Ajouter la vanille.

Verser la pâte sur les fruits.

Étape 3

Saupoudrer la ½ cuillère à thé de sucre sur le dessus.
Cuire au four à 350 degrés Fahrenheit 35 à 40 minutes.

Bon appétit!

Pour les dents plus sucrées servir avec sirop d’érable et de la crème glacée.

Dans cette image, c’est une version bleuet amande. J’ai remplacé la vanille par de l’essence d’amande et j’ai mis des amandes tranchées sur le dessus.

Clafoutis fruits amandes (crédit photo Phrenssynnes)

Voici un clafoutis classique aux cerises.

Le clafoutis est un dessert typique du Limousin en France. Il peut ressembler au flan, car il contient des ingrédients similaires, c’est-à-dire œufs, lait et sucre. Par contre, la recette de pâte du clafoutis se différencie de celle du flan, car elle contient de la farine.

Il peut aussi ressembler au far breton, mais la recette est également différente.

Clafoutis aux cerises (crédit photo Phrenssynnes)
Clafoutis version fraises et bleuets (crédit photo Phrenssynnes)

Voici une version fraises et bleuets.

Mise à jour de septembre 2023, j’ai été invitée, par Agathe, à participer au Clafoutis World Tour 2023 de Maman Lyonnaise.

Allez y jeter un coup d’oeil pour avoir d’autres idées de recettes de clafoutis.

 

Bon appétit!

Phrenssynnes

Vous avez envie d’améliorer votre alimentation?

 

Vous n’êtes pas seul. Je suis ici pour vous aider. Lisez ces articles et vous découvrirez des recettes faciles testées par une maman d’expérience!

 

Abonnez-vous

Pour recevoir les dernières publications du blogue :

Je vous remercie d’avoir lu cet article. Si vous l’avez aimé, je vous invite à le partager.

Cinq choses à faire en février [2023]

Février​​

Février est un mois où vous avez peut-être une baisse d’énergie. Vous ressentez la lassitude de l’hiver, le temps des fêtes est terminé, vous rêvez du printemps. Je vous suggère quelques activités pour chasser la déprime et mettre un peu de piquant dans votre hiver.

1-Écoutez le Superbowl

Vous n’êtes pas fan de football, ce n’est pas grave. C’est juste une occasion pour faire la fête, cuisiner ou faire une activité avec des amis.

Pour vous convaincre, écoutez cette vidéo de quelques secondes de Tom Brady, un quart-arrière célèbre qui a battu plusieurs records.  Beau comme un coeur et émouvant. Malheureusement son équipe ne participera pas au Superbowl en 2023.

Le héros de Tom Brady

Essayer des recettes comme les Sloppy Joe, côtes levées, ailes de poulet et sans oublier le traditionnel chili des soirées de Superbowl.

On mange au salon devant la télévision! Et on boit de la bière. Yes!

Recette de sloppy joe

Recette de chili

Ailes de poulet

Cheers! Vos amoureux vont adorer.

2-Randonnée pédestre

Allez, on laisse de côté nos ordinateurs, tablettes et cellulaires et on va jouer dehors.

Si vous avez la chance comme moi d’habiter un pays nordique, cherchez un endroit où on peut aller marcher dans les bois.  Vous prenez des bâtons de ski avec vous et vous pourrez dire que vous pratiquez un nouveau sport: la marche nordique!

Bon pour la santé et le moral, vous vous sentirez revigorés après.

Randonnée d'hiver (crédit photo Phrenssynnes)
Coin confort Hygge pour l'hiver (crédit photo Phrenssynnes)

3- Pratiquer le hygge

Voici la définition de Wikipedia :

« Le hygge (prononcé [y.ɡœ]) est un mot d’origine danoise et norvégienne faisant référence à un sentiment de bien-être, une humeur joyeuse et une atmosphère intime et chaleureuse. Le hygge est un état d’esprit positif procuré par un moment jugé réconfortant, agréable et convivial.

Ce terme est aujourd’hui principalement utilisé au Danemark et se traduit difficilement dans d’autres langues. »

On pourrait dire qu’au Québec on appelle ça faire du « cocooning ».

Pour les Danois, il ne s’agit pas seulement d’un état d’esprit ou d’une simple soirée entre amis, c’est un art de vivre. Leurs maisons sont décorées et organisées en conséquence, les repas aussi.

Voici des liens pour vous le faire mieux découvrir:

Conseils pour adopter la hygge attitude

Hygge le bonheur danois

4-Le truc de la belle-soeur

La semaine quand on part travailler, on n’est pas toujours super motivé. Et en février, à la fin de l’hiver, on est souvent un peu blasé.  Un truc de ma belle-soeur (une autre, pas celle citée dans l’article  Les bonbons de Noël et la magie du Temps des Fêtes.)

Vous pourrez utiliser ce truc peut-être seulement l’an prochain mais tentez de vous en rappeler.   Lorsque vous faites votre magasinage à l’automne pour vos vêtements d’hiver, prévoyez un morceau que vous allez réserver.  Oui, vous avez bien compris, vous ne le mettrez pas du tout de l’hiver.  Et en février, lorsque vous aurez une petite crise de mélancolie ou au moment de votre choix, vous sortez votre veste, le foulard, la chemise ou le gilet que vous aviez gardé de côté. Ce sera votre rayon de soleil de la journée.  Essayez-le, et vous m’en donnerez des nouvelles.

5- Carnaval de Québec

Venez nous visiter à Québec!  En février, c’est le Carnaval de Québec.  Il y a une foule d’activités.  Famille, plein air, musique, nightlife et épicurien sont les différents thèmes de ces activités.

Apportez des vêtements chauds car à Québec, il fait froid et il faut s’habiller comme des oignons.  Pour ceux qui habitent loin, avez-vous déjà marché dans la neige lorsqu’il fait très froid?  La neige fait du bruit sous nos pas.

Et peut-être aurez-vous la chance d’avoir les narines qui collent ensemble à cause du froid! Ah! Ah! non je ne vous le souhaite pas.

Le Bonhomme Carnaval de Québec (Capture écran de Phrenssynnes)

Voici le lien pour le carnaval de Québec:

Carnaval de Québec

Si le Carnaval n’existait pas, il faudrait l’inventer.

Je vous souhaite un bon mois de février.  Écrivez-moi quelles auront été  vos activités favorites.

Phrenssynnes

Joyeux Noël et bilan 2022 du blogue

 

Le temps des fêtes 

En cette saison de Noël, pour moi, c’est le temps de la gratitude.

Je dédie cet article à Lhom.

père Noël à lunette (crédit photo Phrenssynnes)

Le blogue en chiffres

Voici quelques chiffres pour satisfaire ceux qui en sont friands.

Le blogue a atteint presque 23 000 vues et j’ai écrit plus de 230 articles depuis le début en 2018.

Plus de 12 500 visiteurs de 55 pays sont venus se promener sur mon site. Je crois que l’internationalité est ce qui m’impressionne le plus!

En 2022, vous avez fait plus de 250 commentaires.

Cette année a été riche en expérience et le mois d’avril a battu des records, probablement à cause de l’émission radiophonique à laquelle j’ai participé. Un merci spécial à Yves Simard qui m’a guidé comme un pro dans cette nouvelle expérience.

Le jeu des devinettes

Quelles sont les rubriques les plus populaires?

Cliquez ici pour découvrir l’article le plus lu en 2022.

Et ici pour celui qui gagne la médaille d’argent en nombre de vues.

Et pour la troisième place, vous pouvez le lire ici.  D’ailleurs, cette  rubrique ne cesse de me surprendre depuis sa publication, car elle est extrêmement visitée et cela m’a beaucoup appris sur le SEO. (Search engine optimization)

Depuis le commencement du blogue, la chronique numéro un est celle sur les carrés au datteski. 

Le deuxième article le plus populaire, depuis 2018, est celui que j’ai fait en avril 2020 sur Charles, un Québécois en Chine au temps de la pandémie. Ce texte est devenu presque viral, mais, désolé Charles, les carrés aux datteski t’ont battu en nombre de vues.

Lutin de Noël (crédit photo Phrenssynnes)

Remerciements

Je tiens à remercier chaleureusement mon éditrice, Ann pour tout le travail bénévole qu’elle fait pour le blogue. À date, son seul salaire a été quelques muffins Labriski! Grâce à elle, je me suis énormément améliorée.

Ma plus grande difficulté est le côté technologique, mais, je commence à avoir plus d’expérience et Lhom pourra confirmer que je dis moins de gros mots lorsque rien ne va. C’est pourquoi je dois dire un grand merci à mon hébergeur Likuid.com et à tous les employés du service à la clientèle.

J’ai aussi beaucoup de gratitude pour mes amies du club de lecture ainsi que tous ceux qui me proposent des sujets d’articles. J’aime beaucoup que vous vous donniez la peine de me faire des suggestions et la variété de mes chroniques s’en trouve enrichie.

Je tiens à témoigner de la reconnaissance à Lhom, mon premier lecteur et éditeur, celui qui, par son excellent jugement, me guide dans ce projet créatif. Ses magnifiques photographies offrent une palette visuelle essentielle à un site internet. Un grand merci pour sa participation pour le contrôle de qualité des recettes! Ah!Ah!

Merci à mes deux filles, Juny et Kit4 pour leur collaboration photographique.

Photo de Lhom

Pour finir l’année en beauté, Lhom nous présente cette photo hivernale.

Sapins (crédit photo Lhom)

Et vous, chers lecteurs, je vous remercie de vos encouragements, de vos commentaires et de votre intérêt pour ce blogue.

Je souhaite à tous un joyeux temps de fêtes. Paix, bonheur, prospérité et surtout santé.

À l’année prochaine!

Phrenssynnes

Gâteau aux pommes

Voici une recette que je fais depuis la nuit des temps… C’est une des recettes favorites de Lhom et il me demande toujours ce dessert pour son anniversaire. Une recette délicieuse à manger l’automne pendant la pleine saison des pommes, ce fruit bien de chez nous.

Tel que vous verrez, c’est une recette qui contient du sucre… mais à son anniversaire, on se permet des gâteries…


(suite…)

«Marcher jusqu’au soir» de Lydie Salvayre

Lydie Salvayre est née en France en septembre 1948.  Elle a étudié en lettres à l’université de Toulouse et ensuite en médecine.  Spécialisée en psychiatrie, elle a exercé pendant plusieurs années à Marseille. Elle a écrit plusieurs livres et a gagné de nombreux prix, dont le Prix Goncourt en 2014 pour son roman Pas pleurer.

Marcher jusqu’au soir m’a été recommandé par ma voisine, madame D.  Elle en avait entendu parler à Radio-Canada.  J’ai emprunté le bouquin à la bibliothèque.


(suite…)

«Elle et lui» de Marc Lévy

J’ai trouvé le livre Elle et lui de Marc Lévy dans une caisse que ma fille Kit4 a entreposée à la maison. Paru en 2015, je me suis rendu compte que je ne connaissais pas ce roman: «Elle et lui» de Marc Lévy. J’ai lu quelques livres de cet auteur mais il y a très longtemps.

Quatrième de couverture

Elle est actrice. Lui, écrivain.

Elle s’appelle Mia. Lui, Paul.

Elle est anglaise. Lui, américain.

Elle se cache à Montmartre. Lui vit dans le Marais.

Elle a beaucoup de succès. Lui, pas vraiment.

Elle est même une star. Mais lui ne le sait pas.

Elle se sent seule. Lui aussi.

Il la fait rire. Elle enchaîne les maladresses.

Elle ne doit pas tomber amoureuse. Lui non plus.

Paul est un personnage dans d’autres romans de Marc Lévy: « Et si c’était vrai » et « Vous revoir ». On retrouve aussi les amis de Paul, Arthur et Lauren, qui ont été aussi dans les mêmes romans précédents.

L’histoire se passe à Londres, Séoul et Paris.

C’est un roman tout à fait dans le style de Marc Lévy, comme cet auteur nous y a habitué. Une comédie romantique légère, un bon divertissement lorsqu’on a besoin de quelque chose de pas trop compliqué pour se changer les idées. Du bonbon… !

Ce que j’ai aimé.

Cette légèreté et la facilité à lire.

On aime tous les intrigues se déroulant dans les grandes villes. Je me suis sentie à Paris!

 J’ai aussi été surprise par l’intrigue.  Lorsque Paul, le héros, apprend à Séoul un fait inattendu à propos de la traductrice coréenne de ses romans. Non, je ne vous le révélerai pas!  Ah! Ah!  Je vous laisse le plaisir de le découvrir.

J’ai aimé le personnage de Daisy.  Elle est l’amie parisienne de Mia,  une chef propriétaire de restaurant avec les deux pieds sur terre.

Ce que j’ai moins aimé

Comédie légère… parfois un peu trop.  Ça frise le petit film de fille sentimental de série B.  Est-ce dû au fait que j’ai eu de la difficulté à m’identifier à Mia?  Cette star britannique, riche, populaire, mariée à une autre grande vedette du cinéma…  Ou est-ce la plume ou le rythme de l’écrivain qui ne réussit pas à me faire ressentir les émotions de ce personnage féminin?

Beaucoup de dialogues et aussi de « textos ».

« Répondant à l’appel d’une copine qui l’avait suppliée de l’accompagner à l’inauguration d’un restaurant, Mia avait décidé de se faire belle.  Elle aussi était capable de rendre David jaloux.  Et puis mieux valait être entourée d’inconnus que chez soi à broyer du noir. »

Marc Lévy

Bref, je ne donne pas vraiment de note aux livres que je lis.

. . .

Pour lire plus d’articles sur Phrenssynnes se cultive.

. . .

Ce livre peut être parfait pour vous, si vous partez en vacances et avez envie de légèreté pour vous distraire.

Par contre, si vous avez envie de lire un bouquin où l’écriture, la voie et le rythme de l’auteur fera vibrer quelque chose au tréfonds de votre être, vous serez déçu.

Voici la photo de Lhom de la semaine.

Est-ce que Mia aurait pu visiter ce magnifique jardin?

Kensington Palace, Londres (crédit photo Lhom) Kensington Palace, Londres (crédit photo Lhom)

Et vous? Avez-vous lu Marc Lévy? Quel est votre préféré?

Phrenssynnes

15 astuces pour concilier famille et travail

Comment concilier famille et travail? J’aurais aimé avoir un modèle de femme travaillant à l’extérieur de la maison lorsque j’étais jeune.  Ma mère était une « reine du foyer » et j’avais décidé de ne pas suivre son exemple.

J’ai étudié pour être professionnelle mais en choisissant un domaine où j’avais la possibilité de travailler à temps partiel. Je voulais avoir des enfants et les élever moi-même.

À cette époque, j’étais très intéressée de voir comment les autres parents s’arrangeaient pour organiser la dynamique famille/travail puisque je n’avais pas de modèle. Je me rends compte, maintenant, que NOUS n’avions pas de modèle!  Effectivement, plusieurs de mes amies me racontent aujourd’hui qu’elles aussi improvisaient et géraient comme elles le pouvaient cette vie de superwoman.

(suite…)

«The social dilemma» ou «Derrière nos écrans de fumée»

Hier soir, avec Lhom, j’ai écouté un film sur Netflix: The social dilemma. Nous l’avons regardé parce que notre fille Kit4 nous l’avait recommandé.

C’est un documentaire sur le pouvoir des médias sociaux et leurs effets pervers sur la société.

Voici ce qu’en dit Wikipédia:

Depuis quelques années, ces appareils, que ce soit tablettes, ordinateurs ou cellulaires, font partie de nos vies quotidiennes non seulement professionnelles mais aussi personnelles. L’accumulation des données est incroyable et la stratégie des algorithmes a pour but de manipuler nos comportements. Et, sans nous en rendre compte, nous devenons intoxiqués comme un junkie à l’héroïne. Que ce soit sur Facebook, Twitter, Pinterest, YouTube, Instagram, Google.

(suite…)

Les aventures de Brittany Brexit dans Charlevoix

Rouge, brillante et très british, je suis la rutilante mini Cooper de Phrenssynnes.

 Mais qui diable est Brittany Brexit?

Charlevoix

Vous vous demandez où aller en road trip au Québec en cet automne de pandémie? Voici une bonne suggestion. Nous sommes allés dans Charlevoix. Phrenssynnes et son amie, madame droit1975, avaient comme ambition de faire une randonnée et de grimper l’Acropole des Draveurs. Lorsque Phrenssynnes en a parlé à Kit4, (Kit4 étant une randonneuse d’expérience), celle-ci lui a plutôt suggéré de faire la randonnée du Mont du Lac-des-Cygnes en premier. Histoire de s’entraîner un peu…

Brittany Brexit au Mont du Lac-des-Cygnes

Brittany Brexit près du Mont du Lac-des-Cygnes

Pour ceux qui ne connaissent pas ces montagnes, 980 mètres d’altitude pour le Mont du Lac-des-Cygnes et 1080 mètres pour l’Acropole. Pour moi, Brittany Brexit, je n’en faisais aucune différence puisque nous séjournions à La Malbaie. Un et l’autre sont à environ une heure de cette adorable petite ville. Tel que vous voyez, je les ai attendus au pied de la montagne à me faire chauffer sous ce soleil radieux!


(suite…)

Bilan de ma deuxième année de blogue.

Bilan de la deuxième année.

J’ai démarré mon blogue en septembre 2018. Une expérience qui me passionne plus que je ne l’aurais cru. Un merci sincère à tous mes amis et ainsi qu’à tous les membres de ma famille. Je vous harcèle sans cesse et avec enthousiasme à propos de mon blogue.  C’est plus fort que moi. Sachez que Lhom est en train de devenir un ange de patience!


(suite…)

«Ces muffins dont tout le monde parle» de Madame Labriski

Wow! J’ai fait des muffins Labriski!

J’ai reçu en cadeau de mon amie CabareteMango et de son mari ce livre très intéressant.

J’aime le dynamisme de madame Labriski et sa volonté de bien manger. J’ai essayé plusieurs types de ses recettes et je trouve que c’est avec les muffins qu’on réussit le mieux les Labriski. Que ce soit aux bleuets, aux carottes, avec des noix ou au chocolat, les muffins Labriski sont tous délicieux.

On peut même faire des carrés aux dattes Labriski!

J'ai fait des muffins Labriski! (crédit photo Phrenssynnes)
Baies congelées (crédit photo Phrenssynnes)
Muffins sortant du four (crédit photo Phrenssynnes)

Muffins Labriski

Encore une fois, le livre est magnifique avec de superbes photos et en plus, beaucoup d’informations nutritives cette fois-ci.

Pour chaque recette on a le nombre de calories, les quantités de protéines, de glucides, de fibres et de matières grasses par muffin. Glucides? Matières grasses? C’est supposé être sans sucre et sans gras, direz-vous. Quand vous verrez les quantités, vous comprendrez que c’est très peu.

En fait, les glucides viennent en majorité des dattes et si vous ajoutez des pépites de chocolat et bien, il y en a un peu aussi dans… le chocolat!

Et les matières grasses, par exemple, dans la recette que j’ai faite proviennent probablement de l’œuf.

Il faut cesser de cuisiner les muffins comme dans les années 1950, avec plein de beurre, de margarine, de shortening, de cassonade et de sucre. Avouons-le, ce n’étaient pas des muffins, mais des gâteaux!

Madame Labriski

Qui est madame Labriski?

 

Madame Labriski, comme elle l’a déjà mentionné, n’est pas nutritionniste mais le travail nutritionnel est fait dans ce dernier livre.

Si vous voulez plus la connaître, allez lire mon autre article sur elle.

J’ai essayé la recette intitulée «Becquer les baies», c’est-à-dire à l’avoine et aux petits fruits. Seulement 120 calories par muffin!

Normalement, on met de la compote de pommes et framboises non sucrée. Je n’en avais pas et j’ai remplacé par de la compote de pommes seulement.

Chaque recette peut être adaptée pour un régime sans gluten et/ou végan.

Autre différence, j’ai garni de noix de pécans au lieu de gruau.

Page couverture Labriski (crédit photo Phrenssynnes)
L'importante émulsion dans les muffins Labriski (crédit photo Phrenssynnes)

L’émulsion dans les muffins Labriski

Vous rappelez-vous lorsque je vous parlais de l’émulsion? Dans cet autre article: Comment réussir vos recettes Labriski ou le cake foulopomme.

 

L’importante émulsion fait des petites bulles dans la pâte.

 

Voici une image où on voit cette émulsion très importante pour réussir la recette.

Les muffins «Becquer les baies», je vais en refaire, c’est certain.

Farine de blé entier (crédit photo Phrenssynnes)

Une variété de recettes de muffins Labriski

Autre chose attrayante dans le livre, il y a des recettes de muffins salés. Cela peut nous donner des idées pour les boîtes à lunch.

Exemples: Gratinerie jambon-fromage, Champi champette (Champignon, roquette et romarin) et Kalotomate (Kale, tomates séchées et épices). Des noms à nous mettre l’eau à la bouche.

Et à la fin, il y a une section avec des recettes «dans une tasse». Lorsqu’on veut faire une seule portion et qu’on manque de temps.

Trouver un équilibre peut être un défi mais manger sainement n’a pas besoin d’être compliqué!

 

Tel que mentionné dans mon article sur l’alimentation ultratransformée, cuisiner à la maison est meilleur pour la santé. Dans ces recettes Labriski, vous ne trouverez que des bons ingrédients.

 

Si je vous ai donné le goût de cuisiner des Labriski, j’adorerais avoir des photos des vôtres dans mes commentaires!

Photo de Lhom

Voici une photo du lac Placid dans l’état de New York.

Lake Placid, New York (Crédit photo Lhom)

Bonne semaine.

Phrenssynnes

P.S. Madame Labriski et ses éditeurs n’ont pas été mis au courant de ce projet avant publication.

P.P.S. Mon amie CabareteMango et son mari ont bien aimé mes muffins.

Je vous présente Rita et Irma ou comment faire de l’argent sur Internet?

Rita et Irma ou comment faire de l’argent sur Internet?

Un matin, cette semaine, lisant un blogue du style «FIRE movement», on y suggérait plusieurs façons de faire de l’argent sur Internet.  J’ai bien ri lorsque j’ai lu qu’une fille vendait des photos de ses pieds! 

Connaissez-vous le «FIRE movement»?

Jamais je n’aurais pensé à vendre une photo de mes pieds! C’est pourquoi j’ai trouvé cet article si hilarant.

(suite…)

Le goût de l’élégance de Johanne Seymour

Pour la journée du livre québécois du 12 août, le livre que j’ai acheté est le dernier de Johanne Seymour.

Avant d’acheter ou de lire un livre, je lis toujours la quatrième de couverture. La voici:

«Un jour, tu te lèves, et ton destin prend une tournure inattendue. Ta petite vie ordinaire et soudain plongée au cœur d’un tourbillon dont la beauté insoupçonnable et la puissance amoureuse t’étaient étrangères. Tu n’es plus seule.

Ton île, que tu croyais déserte, est peuplée.»


(suite…)

Randonnée au Mont Wright

J’adore aller faire des randonnées pédestres. L’odeur de sapin baumier, l’atmosphère calme que dégage la forêt et cette fatigue saine qu’on ressent après avoir passé du temps à l’extérieur. Alors aussi souvent qu’on le peut, on se sauve de la ville avec Brittany Brexit. Mais qui diable est Brittany Brexit?

Que vous soyez un expert en randonnée ou pas, le Parc de la forêt ancienne du Mont Wright est un bel endroit pour être en contact avec la nature. (suite…)

«Le Consentement» de Vanessa Springora

Tel que mentionné dans un dernier article (Délicieux plaisir, hautement coupable.), j’ai promis à ma sœur de lire ce livre qu’elle m’a prêté: Le Consentement de Vanessa Springora. Avec un «C» majuscule!  Et bien je l’ai fini. C’est un ouvrage qui se lit bien, rapidement… si vous êtes capable de digérer le tout aussi vite que vous lisez.

Un sujet difficile

Le sujet n’est pas facile et dans un registre très différent de celui de Sophie Kinsella! Évidemment.  C’est un livre important! Une oeuvre que tout le monde devrait lire. Devrait-on le mettre au rang des lectures obligatoires à l’école? Je pense que oui. Surtout avec tout ce qui se passe avec les jeunes sur les réseaux sociaux, ils auraient beaucoup à apprendre de cette lecture. Cela les amènerait à réfléchir et à discuter.

Quatrième de couverture: 

«Séduite à l’âge de quatorze ans par un célèbre écrivain quinquagénaire, Vanessa Springora dépeint, trois décennies plus tard, l’emprise que cet homme a exercée sur elle et la trace durable de cette relation tout au long de sa vie de femme.  Au-delà de son histoire intime, elle questionne dans ce récit magnifique les dérives d’une époque et la complaisance d’un milieu littéraire aveuglé par le talent et la notoriété.

(suite…)

Délicieux plaisir, hautement coupable, j’ai lu un chick-lit!

J’ai lu un Chick-lit, un vrai!

Lire un chick-lit. Je dois vous avouer ce petit plaisir coupable. Vous savez, quelque chose que vous avez fait dont on est un peu gêné de se vanter.  Mais tellement bon et que vous avez savouré jusqu’à la dernière goutte.

Livre de Sophie Kinsella sur coussin(crédit photo Phrenssynnes)

Ma fille Kit4 avait une caisse de livres à donner. Elle a demandé à Lhom d’aller la porter à un organisme de charité.  La dite caisse traînant à la maison quelque temps, impossible pour moi de ne pas y jeter un coup d’œil…  Je n’ai pas pu m’empêcher d’en garder mais seulement trois.  Raisonnable quand même…  Et j’ai découvert Sophie Kinsella.  Mais qui diable est Sophie Kinsella?

Livre de Sophie Kinsella sur un coussin

Quatrième de couverture :

«La vie de Lara, 27 ans, par en cacahouète : un fiancé qui la plaque, une entreprise au bord de la faillite, des factures qui s’accumulent… Et la cerise sur le gâteau : sa meilleure amie l’a lâchée pour partir vivre en Inde!  Bref, Lara n’a ni le temps ni la patience de s’occuper de cette mystérieuse jeune fille qui semble tout droit sortie des années vingt.  Et pourtant, la voilà embarquée dans une chasse au trésor pour le moins rocambolesque…»

 

Le livre de Sophie Kinsella sur mon sofa (crédit photo Phrenssynnes) Le livre de Sophie Kinsella sur mon sofa (crédit photo Phrenssynnes)

Qu’est-ce que le « Chick-lit »?

C’est une expression anglaise qu’on pourrait traduire comme « écriture de poulette ». Un courant littéraire visant un lectorat féminin ayant débuté fin des années 90.   Sex in the city , Le journal de Bridget Jones et Confessions d’une accro du shopping.  Ça vous dit quelque chose?  Et bien, c’est ça du Chick-lit.

Ces romans mettent en scène des jeunes femmes de plus ou moins trente ans vivant un quotidien cruel. Que ce soit professionnellement et/ou dans leur vie amoureuse.  Elles sonts à la recherche du prince charmant. S’abreuvent de cocktail à la mode dans les bars à la mode dans une grande ville… à la modeL’intrigue est basée sur le schéma de celui de Cendrillon! Il est aussi caractérisée par un ton humoristique frisant avec l’ironie. Il faut de la romance et une fin heureuse (la plupart du temps.).  Bref, un genre de comédie romantique.

Catégories du genre chick-lit

Avec le temps, plusieurs sous-catégories du genre se sont développés : paranormal, religieux, vampire. La variation que j’ai lue pour vous est Très chère Sadie. Écrit par Sophie Kinsella ou Madeleine Townley de son vrai nom.  Une histoire de fantôme.

Un contrat avec l’auteur

Quand on lit un roman, c’est un peu comme si on faisait un contrat avec l’auteur; il nous raconte une histoire. On accepte que ce soit une fiction et on est prêt à se la faire raconter.  Pour lire ce livre, vous devez vouloir croire au fantôme au moins le temps du roman. Et aussi, accepter de lire un genre pas très sérieux.  Pendant cette période estivale, envie de lire quelque chose de léger, distrayant,  comme du bonbon, c’est le livre qu’il vous faut.

Moi, comme je vous ai avoué, c’est la première fois que je lisais cette auteure. Alors, je n’avais pas de grandes attentes.  J’ai trouvé le récit intéressant, bien dosé.  On sait ce qui s’en vient! Par contre, la plume de l’écrivaine nous donne du plaisir à le découvrir en le lisant.

Citation du chick-lit de Sophie Kinsella

«En soupirant, je ferme le site des joailliers et me tourne vers ma grand-tante.  Aujourd’hui, elle porte une robe argentée qu’elle convoitait quand elle avait vingt et un ans mais que sa mère avait refusé de lui acheter.  Elle est assise sur le rebord de la fenêtre ouverte, côté rue, ses jambes pendant dans le vide.  À l’exception de deux fines bretelles, sa robe est dos nu.  De toutes ses tenues de fantôme, c’est ma préférée.»

Lara, l’héroïne découvre quelque chose d’intéressant et c’est agréable de voir comment elle évolue à travers ce qu’elle vit.
Très chère Sadie (crédit photo Phrenssynnes) Très chère Sadie (crédit photo Phrenssynnes)

La photo de Lhom

Et pour terminer voici la photo de Lhom de la semaine, à défaut d’y aller (soupir…)

Ogunquit, Maine (crédit photo Lhom) Ogunquit, Maine (crédit photo Lhom)

Je vous souhaite une bonne semaine et j’aimerais vous exprimer ma gratitude, toute ma reconnaissance pour votre fidélité!

Phrenssynnes.

P.S. Sophie Kinsella et ses éditeurs n’ont pas été mis au courant de ce projet avant publication.

P.P.S.  Bon! Maintenant j’ai promis à ma sœur de lire «Le consentement » de Vanessa Springora.  Un peu différent…

 

 

 Cliquez ici pour lire d’autres articles sur Phrenssynnes se cultive.

book-club_illustration-10 (crédit DIVI)

Lorsque vous êtes abonné, tous les samedis matin, mon article aura déjà atterri dans votre boîte courriel prêt à être consulté pendant que vous savourez votre café.

Abonnez-vous

Pour recevoir les dernières publications du blogue :

«Votre musique et les gens» de Derek Sivers

Derek Sivers

J’ai eu le privilège de participer à la révision de la traduction française du livre de Derek Sivers Votre musique et les gens.  Je vous dirai, d’entrée de jeu, que ma rémunération a été d’en avoir une copie électronique gratuite.  Ce que j’espérais… car je l’ai trouvé très intéressant.

Rappelez-vous, je vous ai déjà parlé de lui: Qu’est-ce qu’une «Now page»?

J’ai découvert cette personne dans le livre de Tim Ferriss «Tribe of mentors».  Derek Sivers en est un des «mentors».

Je me suis abonnée, il y a quelques mois, à la liste d’envoi par courriel de monsieur Sivers.  Comme je le fais souvent pour mes blogues favoris.  Et, surprise, il m’a répondu!  Il a une façon bien particulière de déterminer si oui ou non vous êtes un robot.   Au début, j’ai cru que c’était LUI le robot!  Ah! Ah!  À ce moment, je ne le savais pas mais il se fait un point d’honneur de répondre à tous ses courriels.

Un échange avec Derek Sivers

On a échangé comme ça et un jour, autre surprise, il m’a demandé de participer à la révision de la traduction de son livre.  J’étais, à l’époque, en arrêt de travail à cause de la pandémie.  Ne sachant trop si c’était un pavé de trois mille pages, quoique très honorée par sa demande,  j’ai un peu hésité de peur de manquer de temps. Après tout, peut-être que ce fameux coronavirus allait disparaître par magie et que ma vie bien remplie d’optométriste allait reprendre ses droits. Et lorsque je m’engage à faire une chose, je veux être certaine de la finir…

Le livre Votre musique et les gens

Derek Sivers m’a envoyé le travail à faire.  Pour découvrir que son style d’écriture est très succinct.  Son processus d’écrivain semble assez laborieux mais cela donne un résultat incroyable.  Pas un mot de trop.

Votre musique et les gens de Derek Sivers(crédit photo Phrenssynnes) Votre musique et les gens de Derek Sivers (crédit photo Phrenssynnes)

Le sous-titre, «Le succès avec tact et créativité», est inspirant.

Je dirais que ce n’est pas le genre ou le sujet de livre qu’on lirait à «mon âge».  Pour être franche avec vous, sans vous révéler le secret d’état qu’il est, je peux vous dire que j’ai l’âge de mentir sur celui de mes enfants! Et j’ai quand même retenu plusieurs des conseils de l’auteur… entres autres pour mon blogue.  De plus, je n’ai rien lu qui était en désaccord avec mon expérience de vie personnelle ou professionnelle.

Cela étant dit, je trouve que le livre de Derek Sivers en est un qu’il fait bon lire.  Notre société, que dis-je, notre monde a besoin de leader valorisant le tact au lieu de l’intimidation.  N’êtes-vous pas d’accord avec tout ce qu’on voit sur les réseaux sociaux ces temps-ci?


(suite…)

Connaissez-vous le «FIRE movement»?

Qu’est-ce que le FIRE movement?

FIRE est un acronyme signifiant: Finance Independance Retire Early

Mouvement d’origine américaine de personnes voulant devenir indépendantes financièrement afin de prendre leurs retraites très jeunes, c’est-à-dire, dans la trentaine ou la quarantaine.

Il semblerait que ce mouvement ait commencé en 1992 lorsque Vicki Robin a publié un livre intitulé «Your money or your life«.

J’ai découvert ce mouvement il y a quelques années lorsque je suis tombée par hasard sur un article de Paula Pant.  Elle adore voyager et déteste travailler de 9 à 5.  Dans la vingtaine, elle a cherché un moyen de développer un revenu passif afin de combler ce désir de voyager et de pouvoir vivre sans un horaire contraignant pour elle.  Très jeune, elle s’est lancée dans l’immobilier.  Elle parle de son expérience dans un blogue :Afford anything

(suite…)

Qu’est-ce qu’une «now page»?

La nouveauté cette semaine sur le blogue: j’ai une «now page«. Connaissez-vous nownownow.com? La plupart des sites web ont un lien « à propos ». Cela mène à une page qui nous présente la personne ou l’entreprise. Sur les sites web, il y a aussi une page  « contact ». C’est une page nous disant comment contacter la personne ou l’entreprise. Un lien now,  nous mène à une page décrivant les passions actuelles de cette personne dans sa vie. Alors on appelle ça une page «maintenant» ou, en anglais, une now page.

nownownow.com

Pour voir des exemples, allez sur: nownownow.com   C’est un site où sont regroupées toutes les personnes ayant créé une now page sur leur site. J’y figure depuis cette semaine.  Si vous faites défiler les photos, vous finirez par me trouver avec le même avatar que celui de mon blogue. Sur une now page, on explique ce qui nous intéresse à ce moment dans notre vie personnelle ou professionnelle ou les deux.  C’est un peu ce qu’on dirait à un ami qu’on n’a pas revu depuis un an. En bon québécois: ce sur quoi on «trippe». L’idée originale vient de Derek Sivers.  (Retenez ce nom, je vous reparlerai sûrement de lui dans un article prochain).  Pour connaître l’histoire de ce site créé en 2015, allez voir ce lien:

L’histoire de la «now page» 

D’après Derek Sivers, une telle page est utile parce que les gens visitant notre site veulent en connaître plus sur nous.  Ce n’est pas un site pour faire sa publicité, ni un réseau social.  Nownownow.com n’est pas une entreprise.  Naviguer sur nownownow.com nous donne un aperçu de ce que les gens vivent et de ce qui les intéressent. J’ai maintenant une page «maintenant». Ha!Ha!  Je ne vous promets pas de la mettre à jour quotidiennement mais régulièrement. Je vous invite à visiter cette page dont voici le lien:

Now page de Phrenssynnes

Et voici la photo de Lhom de la semaine prise avant la pandémie de 2020. Time square Bonne semaine. Phrenssynnes

Scones au bleuet et citron [version 2 et mise à jour 2023]

Voici une deuxième version de recette de scones bleuet et citron

 

 

J’ai inventé une nouvelle recette de scone au bleuet et citron!

Tel que vous le voyez, ce ne sont pas des scones comme on en fait en Angleterre.  Ce sont des scones à l’américaine.  De forme triangulaire, ils sont aromatisés avec des fruits.

Les plus populaires sont sûrement ceux au bleuet citron.

Il y a aussi ceux à la canneberge.  Les scones «britishs» sont ronds et peuvent être soit nature ou souvent au raisin sec. Ils sont servis avec de la confiture de fraise et la fameuse clotted cream.

L’antithèse de la recette de scones

Ma nouvelle recette de scones au bleuet et citron est l’antithèse de l’authentique façon de faire.  C’est-à-dire que j’utilise du beurre fondu au lieu du beurre congelé.  Vous l’essayerez et vous m’en donnerez des nouvelles.

C’est fou mais je suis partie de la recette de muffin au fromage:  J’ai fait des muffins au fromage

Lhom trouvait qu’il y avait une certaine ressemblance dans la pâte et c’est lui qui m’a donné l’idée.

Voici les différentes étapes pour cuisiner des scones.

préparation scone au bleuet

 

 

 

première étape préparation scone au bleuet

 

 

 

beurre fondu dans le lait

 

 

 

beurre fondu dans le lait

 

 

 

préparation scone beurre fondu

 

 

 

Oui! du beurre fondu dans du lait

 

 

J’ai utilisé des bleuets congelés mais bientôt on pourra en utiliser des frais bien de chez nous.

on ajoute le mélange lait oeuf beurre

 

 

 

on ajoute le mélange lait oeuf beurre

C’est important de mélanger à la spatule ou avec une cuillère de bois et surtout pas au malaxeur.  Juste humecter les ingrédients, ne pas trop mélanger.

Si la boule de pâte est trop collante, ajoutez un peu de farine. Voilà avant et après cuisson.

Et le produit fini, c’est si bon à manger au sortir du four avec un bon café.

Ou sinon l’après-midi avec un thé Earl Grey.

Miam! un bon scone à l'américaine

 

 

 

Miam! un bon scone bleuet et citron à l’américaine.

.

 

 

Trouver un équilibre peut être un défi mais manger sainement n’a pas besoin d’être compliqué!

Scones bleuet et citron

Ingrédients

  • 3/4 de tasse de farine
  • 3 1/2 cuillères à thé de poudre à pâte
  • 4 cuillères à table de sucre
  • 1/2 cuillère à thé de sel
  • Zeste d’un citron (optionnel)
  • 1 à 1 1/4 de tasse de bleuets (congelé ou nature)
  • 1 œuf battu
  • 7/8 de tasse de lait
  • 3 c. à table de beurre fondu
  • Pour la garniture au citron
  • jus d’un citron
  • 1/8 à 1/4 de tasse de sucre à glacer

Préparation

Étape 1

Chauffez le four à 400 degrés Fahrenheit.

Tamisez ensemble dans un bol les ingrédients secs et le zeste.

Étape 2

Ajoutez les bleuets. 

D’autre part, mélanger l’œuf, le lait et le beurre fondu.

Étape 3

Faire une fontaine avec les ingrédients secs et y verser les liquides.  Remuez à la spatule ou avec une cuillère de bois juste assez pour humecter les ingrédients secs. 

Façonnez la pâte en boule.  Si la pâte est trop collante, ajoutez un peu de farine.  Aplatissez la boule pour avoir une épaisseur d’environ 2 à 3 cm. 

Utilisez un couteau de chef très aiguisé et coupez la pâte en 8.  Déposez sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin.  Mettre au four environ 20 minutes.  Vérifiez la cuisson avec un cure-dent.

Étape 4

Pendant la cuisson, mélangez le jus d’un citron avec du sucre à glacer (au goût).  Fouettez à la fourchette ou au fouet pour qu’il n’y ait plus de grumeau.

Étape 5

Après avoir sorti les scones du four, versez le coulis «sucre, jus de citron» sur les scones.

Go! C’est prêt à manger!

Bon appétit.

La photo de Lhom

Et voici la photo de Lhom de la semaine pour régaler vos yeux.

Lavaux en Suisse sur le bord du lac Léman (crédit photo Lhom)

Laissez moi un commentaire si vous essayez cette recette. J’adore vous lire.

Phrenssynnes

P.S. Les bleuets, c’est bon pour vos yeux.

«Dans les bois» de Harlan Coben

Pendant le confinement, mon amie droit1975 m’a prêté un livre.  Sachant que j’aime bien l’écrivain Harlan Coben, elle a laissé dans ma boîte aux lettres (confinement oblige…) le roman Dans les bois.

Dans les bois de Harlan Coben (crédit photo Phrenssynnes) Dans les bois de Harlan Coben (crédit photo Phrenssynnes)

Je me suis demandé si j’avais déjà lu ce livre.  Quand je l’ai commencé, l’histoire me disait vaguement quelque chose.  Plus j’avançais dans ma lecture, plus je me rappelais l’intrigue mais je ne me souvenais pas des détails du récit et de la fin. Je l’ai donc continué et pensé vous le présenter. Mais, lorsque que j’ai vu que le copyright datait de 2007, je me suis dit, à quoi bon faire une critique sur mon blogue d’un livre aussi ancien. Probablement que tout le monde a déjà lu…


(suite…)

J’ai fait des muffins au fromage [Mise à jour 2023]

 

Muffin au fromage

Le sujet de cette semaine est ma fabuleuse recette de muffins au fromage.

J’ai appris cette recette dans un cours de «sciences familiales»!  C’est comme ça que s’appelait une des formations de mon secondaire II.  J’y ai appris à faire de la couture mais ne vous en faites pas, je ne vous ferai jamais d’article dans ce domaine.  Mes talents de couturière étant, pour être polie, horribles.


(suite…)

Thé, muguet et autres bonheurs.

 Le thé

J’ai aimé le thé avant d’y goûter.  Je ne me rappelle pas quand j’en ai bu pour la première fois. Je me souviens, par contre, de la sensation de ce goût âcre qui m’avait tant déçue.  Pourtant, les héroïnes d’Emily Brontë en buvaient toutes.  Tous les jours, plusieurs fois par jour.  Je me devais d’aimer le thé.  Le thé et la bruyère des romans anglais, quels beaux rêves dans mon adolescence.

Avant de lire ces fictions britanniques, le thé représentait pour moi, cette horrible poche carrée, molle et brunâtre pressée à la petite cuillère par mes parents dans leur tasse.

Apprendre à aimer le thé

 Ce n’est qu’à l’université grâce à mon (suite…)

«La boîte de Pandore» de Bernard Werber

Un livre de Bernard Werber

 

Cette semaine, je vous fais découvrir un livre de Bernard Werber: La boîte de Pandore, publié en 2018.  Tel que vous pouvez le voir, j’ai lu l’édition de poche.  J’adore cette grandeur de bouquin; pas trop gros, léger, facile à traîner avec soi.  Pour moi, un livre c’est comme un ami, j’adore sa compagnie et j’aime lorsqu’il me raconte une histoire.  Un ouvrage assez long, 563 pages donc de quoi vous distraire pendant un bon moment.

Ce qu’en dit Wikipédia: «Ses œuvres ont été traduites en trente-cinq langues. Avec 30 millions d’exemplaires vendus dans le monde, Bernard Werber est, avec Marc Levy, l’un des auteurs français contemporains les plus lus au monde. Il est même considéré comme une star en Corée du Sud, pays où il vend davantage qu’en France, et a reçu un accueil très enthousiaste en Russie. «

Si vous désirez en savoir plus sur cet auteur, je vous invite à visionner cette conférence d’environ dix-sept minutes de l’organisation Ted Talks que j’ai trouvé très intéressante. Elle vous fera découvrir l’homme qu’il est.

Conférence de Bernard Werber : L’écritothérapie

La boîte de Pandore

La boîte de Pandore

Quatrième de couverture de La boîte de Pandore

Alors qu’il assiste à un spectacle d’hypnose, un homme est choisi dans l’assistance pour participer au numéro final. Dubitatif mais intrigué, René se plie au jeu et se retrouve soudain plongé dans une vie antérieure.
Ce n’est que la première…
Au fil de ses découvertes, il comprend que ce qu’il a vécu dans ses précédentes existences peut influer sur sa vie présente. Professeur d’histoire, un nouveau défi passionnant se pose alors à lui : peut-il changer le passé, le réécrire et modifier ainsi la mémoire collective?
De Paris à l’Égypte, en passant par l’Atlantide, un livre drôle et audacieux sur les mécanismes de la mémoire –commune ou individuelle- et le sens de l’histoire.

Se faire raconter une histoire

Un livre de Bernard Werber

Un livre de Bernard Werber

Lorsqu’on lit un roman, c’est un peu comme si on faisait un contrat avec un écrivain; j’accepte que tu me racontes une histoire mais elle doit être plausible et me distraire.  Ce roman de Bernard Werber a comme thème les vies antérieures.  Vous devez donc avoir une certaine ouverture par rapport à ce concept.  Pour moi, c’est un peu comme de la science-fiction ou de la «fantasy» et je me laisse aller au plaisir d’imaginer ce que ce serait si ça existait.  Alors que mon cerveau gauche me dit : «Voyons Phrenssynnes, ce n’est que des bobards!»  Je réponds à cette partie de mon cerveau: «Tais-toi et laisse toi distraire, ça fait du bien en tout temps.»

L’hypnose

René Toledano est le héros de ce roman où une simple expérience d’hypnose transforme à jamais la vie de ce tranquille professeur d’histoire.  En découvrant ses vies antérieures et de nouveaux amis, il nous rappelle que l’histoire n’est pas nécessairement la version de ce qui s’est passée de façon véridique.  Plutôt celle des vainqueurs ou des gens au pouvoir.

Le plaisir de lire; le blogue de Phrenssynnes

Le plaisir de lire; le blogue de Phrenssynnes

J’ai aimé ce livre parce qu’il n’y a pas de longueur, il est rempli d’informations historiques.  L’écrivain sait comment écrire une bonne histoire, il y a un bon équilibre dans le récit.

L’été est arrivé, voilà une bonne lecture pour peupler vos moments de détente.

. . .

Pour lire plus d’articles sur Phrenssynnes se cultive

. . .

« Vouloir comprendre notre monde en regardant les actualités revient à vouloir comprendre Paris en visitant le service des urgences d’un de ses hôpitaux. »

Et en finale, voici la photo de Lhom de la semaine.  Un endroit charmant visité dans une de mes vies antérieures… à une époque où on pouvait voyager…  Soupir…

Et vous?  Quel votre livre préféré de Bernard Werber?

Bonne lecture et bonne semaine.

Phrenssynnes.

P.S. Bernard Werber, ses éditeurs ainsi que les sites mentionnés n’ont pas été mis au courant de ce projet avant publication.  J’ai moi-même acheté ce livre.

référence: https://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_Werber

Un fois par semaine, je publie mon article. Abonnez-vous et vous recevrez par courriel la dernière publication le samedi matin. Vous pourrez le lire en sirotant votre café!

Abonnez-vous

Pour recevoir les dernières publications du blogue :

Les 3 conseils essentiels pour ne pas rater ses recettes Labriski

Cette semaine j’ai fait le «cake» foulopomme» de madame Labriski. Je trouve que cela ressemble un peu à un pain aux bananes… mais aux pommes! J’ai pensé vous donner dans cette chronique, quelques trucs pour bien réussir vos recettes Labriski. J’adore les recettes Labriski et cliquez ici pour lire mes autres articles le sujet.

La cuillère de bois

Première chose à retenir lorsque vous faites des Labriski: utilisez une cuillère à bois ou une spatule pour mélanger votre pâte, jamais de malaxeur.

Foulopomme Labriski avant cuisson (crédit photo Phrenssynnes) Foulopomme Labriski avant cuisson (crédit photo Phrenssynnes)

Gâteau Foulopomme cuit (crédit photo Phrenssynnes) Gâteau Foulopomme cuit (crédit photo Phrenssynnes)

La poudre à pâte

Autre chose, si vous voulez bien réussir, attention à la quantité de poudre à pâte. Madame Labriski ne semble pas avoir le même jeu de cuillères à mesurer que le mien. Eh oui! J’ai remarqué que dans une de ses recettes elle indiquait d’ajouter : 1 1/2 cuillérée à table de … Je n’ai pas dans mon ensemble de demie cuillérée à table. Alors je me suis trompée.

Devinez quoi? J’ai lu trop vite et j’ai mis 1 1/2 cuillérée à THÉ. Résultat, ma recette était ratée. Je ne me rappelle pas exactement qu’elle était la recette mais ça ressemblait à un pain aux bananes. Donc, cuit à l’extérieur et non cuit à l’intérieur malgré un temps prolongé dans le fourneau. Je crois que je l’aurais laissé toute la journée dans le four et il n’aurait jamais cuit. J’étais vraiment déçue… Alors, bien lire votre recette!

Pensez faire la conversion et vous serez capable de bien calculer la quantité exacte dont vous avez besoin: 1 cuillérée à table = 3 cuillérées à thé.

Voilà!

Morceau de foulopomme Labriski (crédit photo Phrenssynnes) Morceau de foulopomme Labriski (crédit photo Phrenssynnes)

 

L’autre point à surveiller lorsque vous faites des recettes Labriski est la réaction après avoir ajouté les ingrédients de la section grise. Cette section contient toujours du sel, de la poudre à pâte, du bicarbonate, de l’essence de vanille et parfois un autre ingrédient. Madame Labriski mentionne toujours qu’après avoir ajouté les ingrédients de la section grise: «Attendre la légère émulsion (pour le plaisir) et bien remuer.» J’ai le grand regret de vous annoncer que ce n’est pas pour le plaisir cette émulsion! Ah! Ah! Elle est essentielle pour que votre pâte «prenne». Si l’émulsion n’a pas lieu, le gâteau ou les galettes ne cuiront pas comme il faut.

Attention ça colle

À la cuisson, c’est indispensable d’utiliser du papier parchemin ou un équivalent réutilisable car le tout va coller au moule.

Premier livre madame Labriski (crédit photo Phrenssynnes) Premier livre madame Labriski (crédit photo Phrenssynnes)

Et puis? Depuis le temps que je vous parle de ces recettes, vous êtes-vous lancés? Les avez-vous essayées?

Quel est l’avantage des recettes Madame Labriski ? Elles ne contiennent pas de sucre raffiné. Le seul sucre sera dans vos pépites de chocolat si vous en ajoutez. Le fait de sucrer avec de la purée de dattes ajoute beaucoup de fibres. Et c’est ce qui est bon pour la santé. Et il n’y a pas de gras dans les ingrédients.

Phrenssynnes.

P.S. Madame Labriski et ses éditeurs n’ont pas été mis au courant de ce projet avant publication.

Coup de cœur 3 ou mes découvertes de la semaine

Cette semaine je vous parle de mes découvertes:

Des sites

Un compte Instagram d’une photographe à l’oeil «visuel»

Thecozylifestyle_

Un nouvel artiste: Wow! Le fils d’un de mes amis devenu rappeur:

Gump

Ma nouvelle activité, suite à la suggestion de mon amie Winebago2019,  me promener en écoutant des balados.  Quand on veut marcher seule longtemps, c’est moins ennuyeux.

Gap year for grown-ups : Debbie Weil est une journaliste américaine faisant des podcasts  sur le thème de l’année sabbatique. L’épisode avec Derek Sivers est très intéressant.  En anglais, évidemment.  Même si je ne suis pas parfaitement bilingue, j’ai trouvé l’animatrice et son invité faciles à comprendre.  L’audio est bon, les personnes ne parlent pas trop vite et Debbie Weil ainsi que Derek Sivers sont des personnalités attachantes.  À suivre…


(suite…)

Citation d’Aristote

L’excellence est un art que l’on n’atteint que par l’exercice constant. Nous sommes ce que nous faisons de manière répétée. L’excellence n’est donc pas une action mais une habitude.

Aristote

Citation Aristote sur l’excellence Citation Aristote sur l’excellence

 

Belle réflexion!

Bonne semaine.

Phrenssynnes

Pour en lire plus sur Phrenssynnes cogite

Pour en lire plus sur Phrenssynnes se cultive

Vous avez de la difficulté avec l’épellation de mon nom? Abonnez-vous, c’est gratuit. Vous recevrez le samedi matin la dernière publication du blogue.

Abonnez-vous

Pour recevoir les dernières publications du blogue :

Coups de cœur 2

Cette semaine, je vous partage mes coups de coeur. Ce sont les trouvailles que j’ai faites lors de mon vagabondage virtuel.  Errances qui sont assez nombreuses ces temps-ci…

Les coups de coeur Ted talk

Tout d’abord, un Ted talk qui m’a bien fait rigoler sur le français, notre magnifique langue avec ses nombreuses règles et exceptions.  Une conférence d’environ dix-huit minutes par deux professeurs: un de français et l’autre en philosophie.  Un gros merci à ma voisine, madame D, qui me l’a fait découvrir.

Ted talk: La faute de l’orthographe

Ted talk sur le sommeil

Rangée de rouge à lèvre (crédit photo Phrenssynnes)

Coups de coeur pour des articles à lire

Autre trouvaille, un article sur: L’histoire du rouge à lèvre.  En anglais car fait par CNN mais intéressant.

J’ai lu un bon article parlant des plateformes de lectures: Les plateformes de lecture selon le blogue L’astre et la plume

Je suis une grande lectrice depuis nombre d’années mais je n’ai jamais adhéré à ces plateformes.  L’article nous donne une bonne idée de ce que c’est.  Je ne suis inscrite à aucune mais j’y songe.  La plus grosse semble être Goodreads mais elle est anglophone.  Nul doute que j’en choisirai une francophone.  Et vous?  Ça m’intéresse beaucoup à savoir si vous connaissez ces plateformes.  Y êtes-vous abonnés?  Et qu’en pensez-vous?

Pour en lire plus sur Phrenssynnes cogite

Pour en lire plus sur Phrenssynnes se cultive

La recette de la semaine

Ce que j’ai fait cette semaine;  J’ai cuisiné au moins trois fois du pouding au chia pour trouver une recette à mon goût et évidemment approuvée par Lhom.  Il y  en a une foule sur internet.  Après ces multiples expériences,  voici ma version personnalisée.

Pouding au chia et chocolat

1 tasse lait
1/4 tasse chia non moulu (sinon la texture est gluante: beurk…)
3 c. à table cacao en poudre non sucré
1 c. à thé essence de vanille
2 à 3 c. à table miel
Faire gonfler le chia dans le lait au frigo environ 10 à 15 minutes.
Passer au mélangeur.
Ajouter le reste des ingrédients et bien mélanger.
Mettre au frigo pour une heure.

Bon appétit!

On peut aussi ajouter 1c. à table de beurre d’arachide si désiré.

Vous avez de la difficulté à épeler le mot « Phrenssynnes »? Simplifiez-vous la vie en vous abonnant.

Vous recevrez dans par courriel la dernière publication le samedi matin.  ⇓

Abonnez-vous

Pour recevoir les dernières publications du blogue :

La photo de la semaine

Et le meilleur pour la fin: La photo de Lhom que je vous présente avec un grand soupir.  J’ai hâte de pouvoir visiter à nouveau ces magnifiques pays européens.

Genève en Suisse (crédit photo Lhom)

Je vous remercie d’avoir lu cet article. Si vous l’avez aimé, je vous invite à le partager.

Je vous souhaite une bonne semaine, en espérant que mes flâneries virtuelles vous ont inspirés.

Phrenssynnes.

P.S. Tous les sites mentionnés et les personnes impliquées n’ont pas été mise au courant de ce projet avant publication.

À tous les « télétravailleurs » aux yeux fatigués en 2021

Avez-vous les yeux fatigués, irrités, qui chauffent ou brûlent à la fin de la journée?  La pandémie a grandement changé vos habitudes de travail? Êtes-vous rivés à vos écrans à cœur de jour?

Yeux fatigués?

L’optométriste retraitée en moi ne peut s’empêcher de vous donner quelques conseils pour vous aider à mieux performer dans votre télétravail.

Quand on se concentre ou qu’on utilise beaucoup les téléphones cellulaires, les tablettes électroniques ou l’ordinateur, on cligne beaucoup moins des yeux. Cela cause un débalancement de la mince couche de larmes présente à la surface de votre œil.  Les larmes deviennent plus concentrées, plus salées.  Cela cause inconfort et fatigue.  Alors on passe notre temps à se frotter les yeux et nos mains ne sont pas toujours stériles. En plus, vous savez que, toucher le moins possible votre visage est une consigne importante contre le coronavirus.

(suite…)

Un Québécois en Chine au temps de la pandémie.

Vivre en Chine en pleine pandémie mondiale

Charles est un jeune homme originaire de Québec. Il travaille actuellement à Shanghai en développement stratégique pour une compagnie pharmaceutique. Il a vécu un parcours hors du commun lorsqu’il a décidé de revenir au Canada au début février. Après un séjour à Québec d’environ un mois et demi, il est retourné en Chine pour donner suite à la demande de son employeur. Charles est une connaissance de longue date et j’ai eu le privilège d’avoir une entrevue virtuelle de presque une heure avec lui cette semaine. Il a gentiment accepté de partager avec nous son expérience pandémique.

En Chine, ils ont commencé à entendre parler du virus au début janvier 2020. Le 25 janvier est le début du Nouvel An chinois. À ce moment, environ 500 millions de personnes voyagent pour voir leurs familles. Cette année, tous ces gens sont partis et c’est pendant la durée de ce long congé que tout a été arrêté en Chine. Progressivement, une ville à la fois, en commençant par celle de Wuhan. Tout le monde a été bloqué à l’endroit qu’ils visitaient pendant plus ou moins un mois.


(suite…)

Une belle initiative locale à l’île d’Orléans

Ile d'Orléans
Photo de l’Ile d’Orléans de Lhom

Ce paysage en est un des nombreux de l’île d’Orléans où Lhom, Brittany Brexit et moi avons fait de nombreuses promenades. Une petite et très pittoresque île où nos ancêtres d’origine française se sont établis il y a quelques centaines d’années.  Aujourd’hui, c’est un de nos joyaux de l’agriculture québécoise et touristique.  Si vous venez à Québec, «un tour de machine», comme on dit en ancien québécois, à l’île est un incontournable.  Des artisans, des agriculteurs et des entrepreneurs de toutes sortes y résident.

Interview de la coordonatrice de la Chambre de commerce.

Dans un geste de solidarité, Lhom et moi vous invitons à acheter en ligne. Leurs produits du terroir sont d’une qualité inégalée. À l’initiative de leur chambre de commerce, ils ont créé ce site internet. Nous vous invitons à commander sur leur site internet vos gâteries de Pâques.  Désolé pour tous ceux qui n’habitent pas la région de Québec, vous ne pourrez malheureusement pas bénéficier de leur livraison…

Acheter à l’Ile d’Orléans

Phrenssynnes.

P.S. Je n’ai pas mis au courant de ce projet les commerces de l’Ile et la chambre de commerce de l’Ile d’Orléans.

Un peu, beaucoup, à la folie de Liane Moriarty

J’ai lu pour vous le roman Un peu, beaucoup, à la folie de l’auteure australienne, Liane Moriarty.  Née en 1966, elle a travaillé en publicité avant de publier sa première fiction.  J’avais déjà lu, il y a une couple d’années, Le secret du mari, que j’avais beaucoup aimé.

"Un peu, beaucoup, à la folie" crédit photo Le blogue de Phrenssynnes
«Un peu, beaucoup, à la folie» crédit photo Le blogue de Phrenssynnes

En premier lieu, je tiens à mentionner que j’ai emprunté le livre électronique à ma bibliothèque municipale. 

Résumé de l’éditeur:

Sam et Clementine ont une vie de rêve: deux petites filles, un nouveau travail pour Sam et l’audition de sa carrière pour Clementine, violoncelliste.  L’amie d’enfance de cette dernière, Erika, les invite à un barbecue chez ses voisins, Tiffany et Vid.  Alors que l’amitié entre les deux femmes s’est compliquée, le couple accepte l’invitation, mais rien ne se déroule comme prévu.

Ce que j’ai moins aimé

Tout d’abord, on a hâte de savoir CE qui s’est passé à ce fameux barbecue.  Le tout est présenté en un découpage de présent et de flashback intriguant ayant comme but de nous faire tourner les pages. Donc, j’ai trouvé que ça prenait un peu de temps à venir mais Liane Moriarty réussit tout de même à nous tenir en haleine.

. . .

Pour lire plus d’articles sur Phrenssynnes se cultive

. . .

Ce que j’ai aimé

D’autre part, on apprend aussi à découvrir ces couples, au fil des pages, et comment leur vernis de personnes, qu’on penserait parfait, craquèle au fur et à mesure de l’histoire.

Ensuite, j’aime l’analyse psychologique des personnages, comment l’auteur nous fait découvrir leurs émotions et réactions après les faits.

Elle sentait monter quelque chose en elle.  Une sorte d’impatience.  Elle plantait la cuillère dans le pot et mangeait bien trop vite.  Elle repensa à la mélodie d’ouverture du Sacre du printemps de Stravinsky.  Les aigus du basson.  Les étranges mouvements saccadés qui allaient crescendo jusqu’au déferlement extatique.  Elle avait envie d’écouter ce morceau.  Elle avait envie de le jouer, il correspondait exactement à ce qu’elle éprouvait en cet instant.  Elle sentait une force s’élever dans sa poitrine.  Il y avait de la drogue dans ce yaourt?

En fait, je ne vous révèlerai pas la fin pour ne pas gâcher le plaisir de votre lecture. Enfin, je tiens à vous révéler que l’histoire fini avec un détail que je n’avais pas vu venir et que j’ai aimé.

En somme, ce bouquin m’a aussi permis de connaître un peu plus ce pays lointain qu’est l’Australie.

En conclusion, c’est un livre que je vous recommande. C’est le roman parfait à apporter en vacances ou pour vous distraire

Bonne lecture.

Phrenssynnes.

P.S.  Liane Moriarty et ses éditeurs n’ont pas été mis au courant de ce projet.

On pense à vous, New-Yorkais!

La photo de mon collaborateur, Lhom.

Photo de Lhom 3
New-York

Photo prise par Lhom à Central Park, New-York, il y a quelques années.  En espérant que nous pourrons bientôt y retourner.

P.S. Pour ceux et celles ayant participés au dernier photo-quiz: la photographie a été prise au lac des Quatre Cantons en Suisse.  Eh bien ! Anik et Anne vous n’étiez pas loin!

Phrenssynnes.

Recette de Porc effiloché pour vous faire saliver

J’en profite pendant cette période de pandémie pour faire des recettes qui sont longues à cuire. Ce que, habituellement je n’ai jamais le temps de faire.  J’ai cuisiné il y a quelques jours une recette de Tajine. Quand ma voisine, madame D, m’a dit qu’elle venait de se faire du porc effiloché, cela m’a inspiré.  Ça faisait longtemps que je voulais m’essayer à faire cette recette «masculine» qu’on doit sûrement servir dans tous les bars sportifs.  C’est un repas parfait pour la soirée du Super Bowl!

Porc effiloché prêt à cuire (crédit photo Phrenssynnes) Porc effiloché prêt à cuire (crédit photo Phrenssynnes)
(suite…)

Spécial pandémie

J’espère que vous et votre famille allez bien pendant cette pandémie.

 Comment vivez-vous cet évènement historique?  Pour moi et Lhom cela se passe bien.  Nous n’avons pas voyagé dans les dernières semaines, ni été en contact avec des voyageurs ou des personnes infectées mais nous nous sommes mis quand même en quarantaine.  Ou plutôt en «quatorzen» pour reprendre l’expression de ma sœur Wincricri.

Confinement

Nous apprécions beaucoup tous les trucs humoristiques se retrouvant sur les médias sociaux.  L’humour nous aide à prendre du recul et à relativiser cette situation anxiogène pour plusieurs.

Nous faisons des efforts pour ne pas aller à l’épicerie pour un seul item.  Une seule personne à la fois avec lavage intensif des mains avant et après.  On essaye d’être le plus responsable possible.

Le confinement et ses contraintes amène son lot de friction.  Exemple, la réaction de Lhom lorsque j’ai pris le dernier quart de tasse de sucre pour lui concocter un pouding au riz.  Il n’en restait plus et à choisir il aurait préféré le garder pour son précieux café le matin!  En plus, mon pouding était vraiment décevant… Aidez-moi, avez-vous une bonne recette de pouding au riz ou au tapioca?

Autre anecdote

Quand on est à la maison et qu’on n’a rien à faire… Lhom s’est mis à jouer avec les paramètres de la télévision pour accéder aux postes auquel nous sommes seulement abonnés… Bref, il a joué dans les réglages pour un truc vraiment pas important et pouf!  Plus de télé! Seulement une belle neige à la grandeur de l’écran. Une belle neige comme nous avons ici au Québec, oui, celle que nous sommes un peu fatigués de voir à ce temps-ci de l’année.  Tout pour arranger mon humeur en temps de pandémie alors que le point de presse du premier ministre s’en vient. Ah! Ah! Ne vous en faites pas Lhom est encore vivant, j’ai pris sur moi, avalé quelques émotions.  En gardant notre calme, nous avons réussi à ramener la programmation. Ouf!  Qu’est-ce qu’on aurait fait sans télé?

Faire de l’exercice

Nous allons faire des marches souvent, prendre l’air ça fait du bien en autant qu’on reste à deux mètres…  Nous avons fait, entre autre une promenade dans le sentier près de chez nous.  Je vous partage ces photos pour vous en faire profiter.

IMG_3037
Stoneham au temps de la pandémie

J’ai encore fait des galettes Labriski. Pour ceux qui ne la connaissent pas: Mais qui diable est madame Labriski? Une recette de brownies vraiment délicieuse.

IMG_3020Je ne sais pas pour vous mais moi, je cuisine beaucoup plus.  Si vous manquez d’idée, en voici quelques-unes.

Le granola qui va changer votre vie!

Recette de tartare de saumon des Lucky Brothers

Pain santé

Faire du pain avec sa fille!

Crème de champignon facile

Bol de crème de champignon
Bol de crème de champignon

Délices au bleuet du samedi

Recette de tajine original.

Comment faire un clafoutis aux petits fruits

Recette de Macaroni au fromage de Phrenssynnes

Et je vous prépare un article sur la recette de porc effiloché que j’ai fait cette semaine.

J’aimerais beaucoup avoir de vos nouvelles et je suis certaine que mes autres abonnées apprécieraient découvrir comment vous vivez cette pandémie.  Aidons-nous, «on va s’en sortir sans sortir».

Phrenssynnes.

«Bleu de Delft» de Simone van der Vlugt

Une amie de mon club de lecture m’a prêté ce livre de Simone van der Vlugt.

La quatrième de couverture

Au XVIIe siècle, après la mort suspecte de son mari, la jeune Catrijn quitte sa campagne néerlandaise pour tenter sa chance à la ville. Elle se rend à Amsterdam où elle est engagée comme intendante dans une famille. Passionnée de peinture, Catrijn aide la maîtresse de maison à parfaire son apprentissage. Elle fera même la rencontre de Rembrandt dans son atelier. Mais, poursuivie par son passé, la jeune femme doit fuir à Delft où elle est engagée dans une faïencerie, et formée par un ami de Vermeer. Le grand peintre voit d’un œil bienveillant le succès fulgurant de Catrijn lorsqu’elle met au point le célèbre bleu de Delft. Mais les accusations qui pèsent sur elle ne lui laissent guère de répit…

Ce que j’ai moins aimé

Le seul point négatif que je peux trouver à ce livre est que c’était un peu rebutant pour moi de me démêler avec ces noms de personnes et de villes incongrus. Par contre, j’aime m’amuser à consulter Google Map pour découvrir l’emplacement de ces villes. Exemple: les villes: De Rijp, Alkmaar, Akersloot, Leyde, etc… Et découvrir ce qu’est un «polder».

J’ai trouvé certains prénoms très bizarres: Sybrigh, Brecht, Haesje, Cornelis, Magteld, etc… Heureusement, les noms de personnages importants sont plus facilement reconnaissables : Mattias, Govert, Jacob.

Bleu de Delft

Ce que j’ai aimé

Comment ne pas aimer cette histoire qui me fait penser à Cendrillon. Une jeune fille dans la misère qui réussit malgré tout. En tant que femme, on aime toutes lire des histoires où une des nôtres souffrant de violences et de préjugés réussi à être heureuse en amour, réussir professionnellement et mère. Toutefois, traiter ce roman de conte pour enfant ne lui rend pas justice. La qualité de l’écriture m’a impressionné. Les personnages et l’intrigue sont tout à fait crédibles.

. . .

Pour lire plus d’articles sur Phrenssynnes se cultive

. . .

J’ai aimé en apprendre plus sur ce pays méconnu de moi et aussi sur cette époque. L’auteure a dû faire un travail de recherche intensif pour connaître et décrire le quotidien de tous ses personnages. Ce qui a dû prendre un temps colossal. Et elle a toute mon admiration pour cela. À aucun moment de l’histoire je n’ai décroché. On a envie de savoir ce qui arrive à Catrijn.

Le roman est aussi truffé de belles réflexions:

Nous sommes probablement tous tourmentés par la culpabilité et la peur. Que sait-on finalement de ceux qui nous entourent? Nous avons tous nos petits et nos grands secrets, autour desquels nous bâtissons notre vie tant bien que mal.

Simone van der Vlugt

Je crois que je lirai d’autres livre de madame Vlugt avec plaisir. Et vous? Connaissez-vous cette écrivaine?

Phrenssynnes

P.S. Je n’ai pas mis madame Simone van der Vlugt et ses éditeurs au courant de ce projet.

Du nouveau pour les visuels, la photo de Lhom

La photo de Lhom

Sentier du Hibou

À l’avenir, de temps en temps, je publierai une photo d’un nouveau collaborateur. Lhom, photographe à ses heures, exercera ses talents en vous présentant des photographies d’endroits ou de choses ayant plu à son «œil visuel».

. . .

Pour lire plus d’articles sur les aventures de Brittany Brexit et autres voyages.

. . .

Voici sa première photo: Sentier du Hibou.

Phrenssynnes.

«Ta mort à moi» de David Goudreault

J’ai entendu parler du roman Ta mort à moi de David Goudreault sur Twitter et ma fille Kitkat me l’a offert pour mon anniversaire.  Je l’ai commencé tout en ne sachant rien de l’histoire à l’exception que plusieurs l’avaient aimé.

 Sur la quatrième de couverture

 «  La famille, c’est comme un bouquet de ballons: ça vole plus haut attaché serré, et on ne sait jamais lequel va crever le premier. »

On y lit aussi que l’auteur est travailleur social, chroniqueur, poète et romancier.

 

Des titres de chapitres qui piquent la curiosité

 

David Goudreault nous raconte l’histoire de Marie-Maude Pranesh-Lopez.  La première chose m’ayant frappé dans ce roman est que les titres des chapitres sont dans le désordre.  Certains sont intitulés «réflexions préparatoires no 1».  D’autres sont des sections de journal intime du personnage principal, Marie-Maude.  Et les chapitres numérotés sont incohérents.  Exemple, le chapitre 1 est à la page 105.  J’ai été très intriguée par ce désordre.  Est-ce que cela faisait partie du processus d’écriture?  Comme si l’auteur avait écrit et intitulé ses chapitres et les a ensuite placés dans un certain ordre sans en changer les titres.  Et pourtant, on suit très bien le fil de l’histoire.  C’est là, le génie de l’écrivain.

On ne sait pas trop au début du livre qui est le narrateur. Cela ne m’a pas agacé comme dans La maison aux esprits d’Isabel Allende.  On sait que c’est le biographe de Marie-Maude Pranesh-Lopez et on apprend à la fin qui est vraiment cette personne par rapport à Marie-Maude.

 

Un roman spécial de David Goudreault

 

Une autre particularité m’ayant étonné dans ce roman, c’est l’originalité du personnage de Marie-Maude. Troubles de l’attachement semble être le diagnostic qui explique sa personnalité.
Elle a un frère jumeau qui souffre de problème respiratoire grave.

Étant donné le tempérament du personnage principal,  on veut savoir comment ça va finir quoiqu’on sache rapidement qu’elle va mourir et comment.  Et, tout cela est intrigant.

Une fille à l’intelligence rare.

 

« Alors qu’au départ il comptait s’en servir comme simple intermédiaire pour quelques négociations avec des importateurs australiens, le boss confiait de plus en plus de tâches névralgiques à l’unique femme de sa bande. Tandis que la vaste majorité de la vingtaine d’hommes sous ses ordres flirtait avec l’innumérisme, Pranesh-Lopez était capable de calculs mentaux complexes, habileté non-négligeable lorsqu’on est mêlé au trafic de milliers d’armes de poing et de fusils mitrailleurs. Elle mémorisait chaque transaction et pouvait se passer de notes.»

David Goudreault

Ta mort à moi de David Goudreault (crédit photo Phrenssynnes)

 

 Une belle écriture

J’aime l’écriture de David Goudreault. À preuve, cet extrait où un chef de gang se délecte dans son bain.

 

Huynh se prélassait dans son bain moussant, une coupe de Petrus dans une main, une de ses prostituées préférées sous l’autre.

David Goudreault

Et quelques instants plus tard où il vient d’apprendre qu’un délateur vient de le rapporter aux policiers et que ceux-ci s’en viennent.

 

Son contact lui raccrocha au nez, coupant court à ses inutiles renâclements. Lahela relâcha de suite le phallus détumescent du gangster, faisant preuve d’un discernement certain. Pantois, le cul dans l’eau chaude, l’homme perdit de précieuses secondes à encaisser le choc. Il jugea, avec raison, que s’il quittait son bain spacieux à la robinetterie d’or maintenant, il ne le retrouverait jamais. La liberté lui parut tout de même plus attrayante.

David Goudreault

Verre de vin et Ta mort a moi (crédit photo Phrenssynnes)

Moi qui écris aussi, je crois que j’aurais  été incapable d’inventer  des caractères aussi originaux. Vers la fin Marie Maude est propriétaire d’une maison où toute une tribu de personnes vient habiter.  Je me suis demandé où David Goudreault était allé chercher l’inspiration pour créer ces personnages tout aussi loufoques les uns que les autres.  C’est en relisant la quatrième de couverture que j’ai fait une supposition.  L’auteur est travailleur social et il s’est peut-être inspiré du genre de clientèle qu’il doit côtoyer dans son quotidien.

Un livre différent, original.

À lire.

Avez-vous déjà lu David Goudreault?

J’attends vos commentaires avec plaisir

 

Bonne lecture.

Phrenssynnes.

P.S. Je n’ai pas avisé David Goudreault et ses éditeurs de ce projet avant publication.

 

 

 

 

 Cliquez ici pour lire d’autres articles sur Phrenssynnes se cultive.

book-club_illustration-10 (crédit DIVI)

Lorsque vous êtes abonné, tous les samedis matin, vous trouverez mon dernier article dans votre boîte courriel prêt à être consulté pendant que vous savourez votre café.

Abonnez-vous

Pour recevoir les dernières publications du blogue :

Mes coups de cœur cette semaine

Voici mes sites favoris de la semaine.  Voilà ce matin un article d’un nouveau genre pour moi.  Inspiré du 5-Bullet Friday de Tim Ferris (que j’aime beaucoup),  voici mon «5-Bullet Phrenssynnes». Ah! Ah!

Vous savez que j’aime apprendre et voici ce que j’ai trouvé des plus intéressants cette semaine.  Découvert par hasard ou selon des recommandations, ces liens variés risquent d’être appréciés par plusieurs d’entre vous, du moins je l’espère.

La covid mondialement

 

L’actualité en est inondée, oui, on ne parle que du fameux coronavirus.  Vous pourrez consulter cette carte mondiale nous permettant de visualiser la propagation du Covid 19.

Recommandé par mon beau-frère Cassoulet, je l’ai trouvé très intéressante.

Site pour la carte mondiale pour covid 19

Un entretien intéressant

Toutefois, comme me le faisait remarquer Wincricri, le virus ne se propage pas aussi vite que la peur provoqué par celui-ci. Alors, pour répondre à la plupart des vos questions, écoutez cet entretien captivant avec une médecin de Montréal. Partagé sur Facebook par Wincricri, il commence à 1:17.

Entretien avec la docteure Caroline Quach Thanh

Dans un autre volet, cette semaine dans mon club de lecture, mon amie Winbago2019 nous a conseillé une émission sur le site  ARTE TV… et oui parfois nous divergeons de la lecture et un certain partage pour des séries de télé a aussi lieu.  D’une durée d’environ 56 minutes, cette vidéo européenne nous démontre ce qui se passe dans ces pays très riches du Moyen-Orient.

Golfe, la guerre des princes sur ARTE TV

Un site Pinterest

Une autre de mes sites préférés de la semaine est ce site de la designer Sarah Richardson.  Bon, si je gagne un gros-lot, je crois que je l’engagerais pour m’aider à construire mon «chalet Bleu et Blanc».   Voir mon tableau Pinterest où je collectionne les idées pour ce rêve utopique.

mon tableau Pinterest chalet bleu et blanc Capture écran de Phrenssynnes) mon tableau Pinterest chalet bleu et blanc Capture écran de Phrenssynnes)

Site de Sarah Richardson designer

Un truc pour réparer une bourde

Et en dernier lieu, voici un truc extraordinaire que j’ai trouvé cette semaine.  Je l’ai même expérimenté.  Il vous est sûrement arrivé une fois dans votre vie, soit par inadvertance ou volontairement, de mettre un tricot de laine dans la laveuse à linge.  Celui-ci en ressort quatre taille plus petit et vous le croyez ruiné.  C’est ce qui arrivé à mon gilet de ski…  Je croyais qu’en le lavant à l’eau froide au cycle délicat, il ressortirait comme neuf.

Chandail de ski (crédit photo Phrenssynnes) Chandail de ski (crédit photo Phrenssynnes)

Je l’ai relavé, cette semaine tel que recommandé dans ce site et franchement, il a été grandement amélioré.  Vous ne devinerai jamais!  On le lave avec du «rince crème» à cheveux, oui!  Du «conditionneur», ce que vous mettez dans vos cheveux, mesdames, après les avoir lavés!  J’ai trouvé cela incroyable et en plus, dans cette ère écologique où on vit, sauver son pull au lieu d’en acheter un nouveau est très éco-responsable.

Comment sauver votre tricot de laine qui a trop foulé

Voilà pour mes découvertes de la semaine.  Eh bien, dites-moi ce que vous en pensez!  J’attends vos commentaires.

Phrenssynnes

P.S. Je ne reçois aucune rétribution de tous ces sites.

Apprendre sur le tas de Boucar Diouf

Le livre de Boucar Diouf

Apprendre sur le tas biologie des bouses et autres résidus de digestion  est un livre de Boucar Diouf que ma sœur m’a prêté.  Qui oserait écrire un livre sur la «marde»?  C’est comme ça, nous, québécois que nous nommons la «merde».

Je dois dire que je connaissais très peu Boucar Diouf.  Tout ce que je savais c’était qu’il est noir, Africain et humoriste.  Aussi j’ai été surprise d’apprendre que c’est un scientifique: il est venu au Québec pour faire un doctorat en océanographie!  Il se présente aussi comme humoriste et animateur de radio et télévision.

 

Le livre de Boucar Diouf (crédit photo Phrensssynnes)

 

Citation

J’ai bien aimé cette citation.

«Recevoir une fiente d’oiseau sur la tête est, par exemple, souvent associé à la chance. «Quand on a sa propre statue dans un parc, on commence à regarder les pigeons d’un autre œil «, disait Winston Churchill.»

Boucar Diouf

 Ce que j’ai aimé

J’ai aimé son livre pour plusieurs raisons.   En tant que scientifique, Boucar nous apprend beaucoup de choses inusitées et évidemment amusantes sur le monde de la  crotte.   On en apprend vraiment sur le tas!  Et aussi à quel point une chose aussi naturelle que la moufa (synonyme de caca pour Boucar) est importante pour l’environnement et l’équilibre de la nature.  J’aime apprendre.  Même sur les «résidus de digestion.  Qui l’eût cru?

Son bouquin est séparé en trois partie après un avant-propos: en premier, «le caca dans le monde animal», deuxièmement, «ce moufa humain dont on se méfie» et troisièmement «le vent avant l’orage».  En bon universitaire, l’écrivain ne manque pas de citer ses sources à la fin du livre.

Des illustrations de Philippe Béha

 

Aidant à la légèreté du ton, le livre est truffé d’illustrations amusantes de Philippe Béha.  Cet ouvrage se lisant rapidement (130 pages), est un excellent divertissement en plus de vous instruire.  Pensez comment vous aurez l’air intelligent quand, lors de votre prochain cinq à sept, vous apprendrez à votre interlocuteur que si une baleine bleue chie de la marde rouge, c’est parce qu’elle a mangé du krill. Ah! Ah!

Sur le tas de Boucar Diouf (crédit photo Phrenssynnes) Sur le tas de Boucar Diouf (crédit photo Phrenssynnes)

L’auteur réussi un autre exploit, c’est-à-dire à bien utiliser tous les synonymes de la chose!

Et vous?  Connaissez-vous Boucar Diouf?  Sinon, je vous souhaite une bonne lecture.

Phrenssynnes.

p.s. Boucar Diouf et ses éditeurs  n’ont pas été mis au courant de ce projet avant publication.

Un fois par semaine, je publie mon article. Abonnez-vous et vous recevrez par courriel la dernière publication le samedi matin. Vous pourrez le lire en sirotant votre café!

Abonnez-vous

Pour recevoir les dernières publications du blogue :

Coco Chanel a encore raison!

J’aime bien cette personnalité qu’était Coco Chanel. Elle était ami avec Jeanne Toussaint, surnommée la panthère. Venez lire cet article sur La panthère, un livre de Stéphanie des Horts.

Garder à l’esprit cette citation.

Bonne semaine.

Phrenssynnes

Coco Chanel sur les yeux (crédit photo Phrenssynnes)

Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse.

Coco Chanel

 

  Cliquez ici pour lire d’autres articles sur Phrenssynnes se cultive.

book club illustration (credit DIVI)

Lorsque vous êtes abonné, tous les samedis matin, vous trouverez mon dernier article dans votre boîte courriel prêt à être consulté pendant que vous savourez votre café.

Abonnez-vous

Pour recevoir les dernières publications du blogue :

La maison aux esprits d’Isabel Allende

Isabel Allende

L’auteure Isabel Allende m’a été recommandée depuis longtemps par une collègue mais je ne l’avais pas encore lue.  Puis ma sœur m’en a aussi parlé.  Je me suis alors décidé et j’ai acheté «La maison aux esprits» pour commencer par un de ses best-sellers.  J’ai choisi l’édition livre de poche car j’adore cette grosseur de bouquin.

Ce que j’ai moins aimé

Je dois avouer je me suis sentie longtemps perdue dans ce roman car je cherchais toujours qui était le narrateur jusqu’à ce qu’il change.  Écrit à la troisième personne, tout d’un coup, l’histoire est au «je».  On reconnaît vite le «je» comme étant Estéban Trueba.

Et ensuite on revient encore au narrateur omniscient dont on ignore l’identité.  Cela m’a agacé un peu et j’ai persisté car en général quand j’achète moi-même un roman, je tiens à le finir.  Ce qui n’est pas le cas d’un livre emprunté à la bibliothèque.

J’ai trouvé la lecture ardue, l’écriture étant parsemée de mots inconnus de moi.  Ce que ma sœur adore.  Elle s’amuse souvent à écrire des textes incompréhensibles avec sa collection de mots nouveaux récoltés lors d’une de ses lectures.

 

Cliquez ici pour en lire plus sur Phrenssynnes se cultive

 

Exemple de mots bizarres: catafalque, pétaudière, anachorète,  galène, syllabaire, houppelande, pythonisse et cantilène.  Connaissez-vous la définition exacte de tous ces mots?

Est-ce que cette panoplie de termes rarement utilisés dans la langue française vient du fait que le texte original est en espagnol?  Ou est-ce dû à l’érudition phénoménale de l’écrivaine?  En tous les cas, la mienne a augmentée!

J’ai été un peu rebutée par ce roman car je ne me suis pas vraiment attachée ou reconnue dans aucun des personnages.  Sûrement pas à travers Estéban Trueba, cet homme violent incapable de contrôler ses émotions ou Clara, sa femme aux pouvoirs soit disant «extralucides».

 

 

 

Livre d'Isabelle Allende (crédit photo Phrenssynnes) Livre d’Isabel Allende (crédit photo Phrenssynnes)

Dans une grande partie du début, j’ai eu de la difficulté à situer l’époque exacte à laquelle l’histoire se passe.  Mais ensuite, lorsque l’auteure décrit les problèmes politiques et le coup d’État, tout est clair.

Ce que j’ai aimé

Parfois on lit un livre, on embarquée dans le récit et on ne sait pour quelle raison, à un moment donné, on décroche.  Et l’écrivain nous perd.  Dans ce livre d’Isabel Allende, ce que j’ai trouvé difficile, c’est que je n’ai pas embarqué au début.  Est-ce à cause du narrateur?  Mon attachement aux personnages?  Mais une chose est claire, il n’y a pas eu de moment où j’ai véritablement débarquée de l’histoire.  Preuve pour moi d’une grande littérature.

Tout cela étant dit, je peux  vous assurer que du point de vue littéraire Isabel Allende est une écrivaine hors pair.  Ses personnages sont bien campés et les boucles sont bouclées!  On apprécie la lecture, un coup le livre terminé comme cela arrive dans les grandes œuvres.

Et vous?  Avez-vous lu Isabel Allende?  L’avez-vous aimée?

Bonne semaine,

 

Phrenssynnes.

P.S. Isabel Allende et ses éditeurs n’ont pas été mis au courant de ce projet.

 

 

Abonnez-vous et vous recevrez ma publication hebdomadaire le samedi matin. Juste à temps pour que vous puissiez la lire en sirotant votre café!

"

Abonnez-vous

Pour recevoir les dernières publications du blogue :

Louise Penny? Mais qui diable est Louise Penny?

Mais qui diable est Louise Penny?

Selon Wikipédia :

« Louise Penny, née le 1er juillet 1958 à Toronto, est une femme de lettres canadienne surtout connue pour ses romans policiers. En 2011, elle demeure à Sutton au Québec où se situe le décor des enquêtes de l’inspecteur québécois Armand Gamache de la Sûreté du Québec. Les livres de cette série lui ont valu quatre fois de suite (2007–2010) le prix Agatha pour le roman policier de l’année qui se conforme au genre du whodunit dans le style d’Agatha Christie. »

J’ai découvert Louise Penny grâce à un de mes voisins qui m’a chaleureusement recommandé la lecture de ses romans policiers. Il m’avait dit que c’était une anglophone vivant dans l’Estrie et qu’elle était dans la liste des Best-Sellers du New York Time.

En plein coeur

J’ai commencé par son premier roman  En plein cœur  et je dois avouer que j’ai trouvé le début ardu. L’histoire se passe dans le village de Three Pines, il y a beaucoup de personnages et je les mélangeais tous. Cela m’a pris du temps à les démêler et bien les reconnaître. Cela valait la peine car je trouve que Louise Penny a une belle écriture et j’adore tous ses personnages.

Ce qu’il y a d’admirable c’est son héros Armand Gamache. Il est un policier qui a bon cœur et de bonnes valeurs. De plus, il est, non seulement marié, mais heureux avec son épouse Reine-Marie. Contrairement à plusieurs romans policiers où le personnage principal est un détective séparé, divorcé, alcoolique, drogué ou perturbé émotivement. Pour en citer quelques-uns: Harry Bosch de Michael Connelly Victor Lessard de Martin Michaud, Harry Hole de Jo Nesbo, Kurt Wallander de Henning Mankell.  Pour moi, Armand Gamache est un vrai héros.  C’est aussi un être humain et l’auteure réussit bien à nous le faire ressentir.  Il a ses «dadas» et ses démons, et j’aimerais les découvrir.

Voici une photo prise de ma fenêtre. Je vis à Four Pines! Ah! Ah!

Four pines (crédit photo Phrenssynnes) Four pines (crédit photo Phrenssynnes)

Je sens que j’ai quelques atomes crochus avec elle car je suis de la même génération, et j’aime les romans policiers. J’ai de l’admiration pour elle car elle a traversé des moments difficiles dans sa vie personnelle.  J’aimerais bien la rencontrer.

Louise Penny a publié une quinzaine de romans dans la série sur Armand Gamache. Chacun d’entre eux est une enquête sur un meurtre.  Il y a un fil conducteur entre chacune de ses histoires où on apprend à découvrir la vie de ce fabuleux détective, de ses collègues, amis et sa famille.

Des romans qui se passent au Québec

Mon petit côté chauvin est content de lire ces romans qui se passent au Québec.  Louise Penny est née en Ontario mais elle a adopté le Québec où, dit-elle, elle se sent chez elle.  Elle y parle de l’hiver rigoureux, des forêts denses où on ne doit pas s’aventurer au risque de s’y perdre, de la chaleur d’un café bistro, de notre goût pour la bonne gastronomie, etc.  Au début de son dernier roman elle décrit un blizzard où Armand Gamache doit se déplacer en voiture avec d’autres personnes.  Elle nous fait bien ressentir le danger.  Moi qui vis ici depuis ma naissance, je suis habituée, comme tous mes compatriotes, à ces énormes tempêtes de neige et on oublie parfois comment elles peuvent être dangereuses.  Bref, j’adore que Louise Penny fasse connaître au monde entier ce coin de pays que j’aime moi aussi.

Pour en lire plus sur la culture, visitez Phrenssynnes se cultive.

Louise Penny ne nous déçoit pas. Je ne saurais vous recommander un livre plus que l’autre car je les aime tous.  Par contre, j’ai peut-être une petite préférence pour Enterrez vos morts car l’action a lieu dans la ville de Québec!

Et vous?  Connaissiez-vous Louise Penny?  Sinon, je vous souhaite une bonne lecture.

Phrenssynnes.

p.s. Louise Penny, ses éditeurs et ses maisons d’édition n’ont pas été mis au courant de ce projet.  Les livres que j’ai lu d’elle ont été acheté par moi, ou reçus en cadeau d’un de mes proches ou empruntés à la bibliothèque.

Références: https://fr.wikipedia.org/wiki/Louise_Penny 

 

 

 Cliquez ici pour lire d’autres articles sur Phrenssynnes se cultive.

book-club_illustration-10 (crédit DIVI)

Lorsque vous êtes abonné, tous les samedis matin, vous trouverez mon dernier article dans votre boîte courriel prêt à être consulté pendant que vous savourez votre café.

Abonnez-vous

Pour recevoir les dernières publications du blogue :

Citation

Si vous connaissez l’auteur de cette citation, svp m’en faire part.

Proverbe Irlandais (crédit photo Phrenssynnes) Proverbe Irlandais (crédit photo Phrenssynnes)

Eh! Bien, après avoir pleuré dans ma fièvre depuis quelques jours, je repars me battre avec pour épée, ma «x» ième boîte de mouchoirs et mon verre de jus d’orange,  continuant  le combat sans relâche contre les maudits virus s’acharnant sur moi.  Souhaitez-nous un lutte victorieuse pour moi et mon système immunitaire.

Je vous serai de retour dans deux semaines car une de mes filles se marie!

 

Phrenssynnes.

Pour en lire plus sur Phrenssynnes cogite

Pour en lire plus sur Phrenssynnes se cultive

Abonnez-vous

Pour recevoir les dernières publications du blogue :

Timothy Ferriss. Mais qui diable est Timothy Ferriss?

New-York Times Best-Sellers

Timothy Ferriss est un auteur dont les livres figurent sur la liste des New-York Times Best-Sellers.

Guinness Record

Entrepreneur américain né à New York en 1977.  Il s’est fait connaître pour avoir un record Guinness du plus grand nombre «spin» de tango en une minute:

Son record du monde en tango!

Tribe of Mentors de Timothy Ferriss (crédit photo Phrenssynnes)

4-hours work week de Tim Ferriss

Son premier livre, 4-hours work Week  a été longtemps sur la liste des best-sellers du New-York Time.  Le manuscrit avait été rejeté vingt-sept fois par des éditeurs.

Oui, Tim Ferriss est un type avec toute une personnalité.  Après avoir lu plusieurs de ses livres, écouté ses podcasts et ses conférences, on peut dire qu’il se distingue de la masse de différentes façons.  Comme lui, j’aime beaucoup apprendre et j’apprécie sa vision des choses fraîche et inédite.

Je dois vous avouer que Lhom et moi écoutons souvent ses podcasts lors de nos aventures avec Brittany Brexit.

Hello! Je suis la mini Cooper de Phrenssynnes

Tribe of Mentors de Tim Ferriss

Aujourd’hui, je désire vous faire connaitre un de ses livres : Tribe of Mentors publié en 2017.

Ce bouquin, comme il l’explique au début, est né de sa crise de la quarantaine.  Époque qui semble avoir été particulièrement difficile pour lui et a amené beaucoup de questionnement.  Et que fait-on lorsqu’on se pose des questions existentielles?  On se tourne vers un mentor.  C’est ce qu’il a fait mais en choisissant plusieurs mentors exceptionnels et en sélectionnant une liste de questions tout à fait pertinentes pour eux mais surtout pour nous.

Tribes of mentors (crédit photo Phrenssynnes)

Les héros de Tim Ferriss

Son livre un grand résumé de toutes ces rencontres individuelles avec une centaine d’experts éclectiques.  Ils ont subi le même interrogatoire, des questions pointues et originales.  Ce sont des interrogations demandant de la réflexion et qui amènent des réponses intéressantes sur ces personnes. Exemple: Quelle habitude peu commune ou quelle chose absurde aimez-vous?

Cela m’a permis de découvrir plusieurs individus fait de grandes réalisations dans leur vie ou tout simplement très connus comme des acteurs ou des athlètes champions.  Parmi les noms célèbres notons:

Larry King, Ray Dalio, Greg Norman, Ashton Kutcher, Arianna Huffington, and Maria Sharapova.

J’ai découvert beaucoup de personnes très inspirantes et inconnues de moi.

Brené Brown, Dara Torres, Esther Perel.

Brené Brown Brown, une professeure de l’université de Houston qui a fait une conférence Ted Talk ayant été visionnée plus de 36 millions de fois!

Dara Torres, une nageuse olympique ayant fait de la compétition jusqu’à l’âge de quarante-et-un ans.

Esther Perel, une psychothérapeute de New York ayant trente-quatre ans de pratique en thérapie de couple.

C’est un livre qu’on peut lire de A à Z tout d’un coup ou de façon aléatoire.  Tel que vous pouvez le constater sur la photo, c’est une bonne brique. Un livre à garder sur la table à café à lire petite dose et à savourer doucement.  Avec une bonne tasse de thé, évidemment.

Alors, dites-moi, le connaissiez-vous?

L’avez-vous déjà lu?

Phrenssynnes.

N.B. Le livre m’a été offert par Lhom et je n’ai reçu aucune rétribution financière de Timothy Ferriss ou de ses éditeurs.

Trucs et astuces pour s’entraîner à la maison avec plaisir

Comment se remettre en forme?

Avez-vous pris quelques kilos pendant les fêtes? C’est vrai que je ne vous ai pas aidé avec mes bonbons de Noël (Comment créer la magie du Temps des Fêtes?) et mon Party de Luxe… On est tous pareil, lorsqu’on se fait offrir de si bonnes choses et qu’on a pris un peu d’alcool, on n’est moins capable de se contrôler. En tout cas c’est ce qui m’arrive et je me sens ensuite empotée.

(suite…)

Joyeuses Fêtes!

 

À tous,

 

Lhom se joint à moi pour vous souhaiter en 2023, santé, prospérité, bonheur et paix partout dans le monde.

Bonne Année!

Phrenssynnes

Lutin de Noël numéro 2 (crédit photo Phrenssynnes)

Wow! Comment impressionner avec le sublime dessert de Noël: Party de luxe

Un magnifique dessert de Noël

Aujourd’hui est un grand jour car je vous révèle une fabuleuse recette de Noël: le Party de luxe. Un dessert  ancien et devenu mythique dans notre famille.

Je fais ce dessert depuis très longtemps mais j’ai pris l’habitude plus récemment de le faire en compagnie d’au moins un membre de la parenté. Premièrement, pour rendre la chose agréable; on doit toujours se mettre à plusieurs lutins pour préparer Noël.  Et, deuxièmement, question d’initier et de transmettre la tradition.  Pensez-y, c’est très important de donner vos meilleures recettes à la prochaine génération.

Cette année, c’est vous que j’initie

Le Party de Luxe est un dessert datant des années 60.  Plus récente que celle du pain au banane (Comment faire un pain au banane délicieux ), la recette m’a été transmise par ma belle-mère.   Le but étant que je puisse continuer la tradition et le faire pour Noël.  Désir surtout accentué par Lhom et son frère.  Dire que ces deux hommes apprécient cette recette serait un euphémisme.  Disons plutôt qu’ils perdent toute notion de logique à la vue de cette bête calorique et chocolatée tant attendue.  Que leurs glandes salivaires entrent dans une phase intense d’hypersécrétion et que se gaver du fabuleux Party de Luxe dont ils ont été privés depuis plus d’un an, est encore plus excitant que déballer leurs cadeaux de Noël.  C’est pourquoi je ne fais cette recette qu’une seule fois par année, dans le temps des fêtes pour créer la magie encore une fois.

Pour une recette plus facile, lire cet article :

 Comment créer la magie du Temps des Fêtes avec les bonbons de Noël

Calculer environ une heure pour le préparer et laver tous ces plats et ustensiles dont vous vous êtes servis.  Oui, on salit beaucoup de vaisselle pour cette recette.

Dessert de Noël

C’est une recette de Noël un peu compliquée à faire si vous êtes novices en cuisine mais avec un peu de planification et de révision avant de commencer, je suis certaine que vous réussirez.

Veillez à ce que vos ustensiles soient bien secs avant de battre vos blancs d’œuf en neige sinon ils ne monteront pas.

Pensez à la vanille à la fin! Il m’est souvent arrivée de l’oublier et ce n’est pas la fin du monde…

Pour les doigts de dame, j’achète ceux sur cette photo.  C’est parfois difficile à trouver et n’oubliez pas que c’est meilleur avec des vrais doigts de dame, pas de «langue de chat».  Vous pouvez aussi vous lancer et faire vous-même vos doigts de dame tel qu’expliqué ici.

Je ne l’ai jamais fait!

Les doigts de dames pour la recette de Noël (crédit photo Phrenssynnes) Les doigts de dames pour la recette de Noël (crédit photo Phrenssynnes)

Voici mon dessert de Noël

PARTY DE LUXE

(Pour 20 personnes)

8 onces chocolat non sucré
¾ tasse sucre granulé
1/3 tasse de lait
6 œufs séparés
1 ½ tasse beurre non salé
1 ½ tasse sucre en poudre tamisé
1½ c. thé essence de vanille
1 1/8 c à thé sel
36 doigts de dame
¾ tasse crème à fouetter 35%

Mélange A

1-Faire fondre le chocolat au bain marie.

2-Mêler dans un bol le sucre granulé, le lait et les jaunes d’œufs.

3- Ajouter 2- au chocolat.

4- Chauffer en brassant jusqu’à épaississement.

5- Faire refroidir à température de la pièce.

Mélange B

1-Fouetter le beurre en crème.

2- Ajouter ¾ tasse de sucre en poudre et bien mêler en crème.

3-Ajouter le mélange A qui a refroidi et mettre de côté.

Fabrication du Party de luxe (crédit photo Phrenssynnes) Fabrication du Party de luxe (crédit photo Phrenssynnes)

Mélange C

1-Battre les blancs d’œufs en neige avec le sel.

2- Ajouter l’autre ¾ tasse de sucre tamisé.

3- Ajouter mélange C au mélange B en pliant avec une spatule (comme pour un gâteau des anges).

4- Ajouter la vanille.

5- Étape du montage:

Placer les doigts de dame au pourtour d’un moule à gâteau des anges ou à charlotte.
Mettre 1/3 de mélange dans le fond du moule, à l’intérieur des doigts de dame.  Mettre environ 1/3 de doigts de dame restant sur la préparation et répéter 2 fois.

À cette étape, vous pouvez le mettre au frigo 1 heure et ensuite le faire congeler.  Vous le placerez de nouveau au réfrigérateur environ 12 heures avant de le servir pour le décongeler.

Démouler et mettre la crème fouettée sur le dessus juste avant de servir et décorer.

Voilà!  La recette du dessert de Noël secrète est révélée!

Party de luxe du blogue de Phrenssynnes Party de luxe du blogue de Phrenssynnes

Bon party de luxe!

Si vous vous lancez, donnez-moi en des nouvelles.

Phrenssynnes

P.S. Si vous préférez une recette plus facile, jetez un coup d’œil à celle des bonbons de Noël.

Phrenssynnes et la bouffe

Abonnez-vous

Pour recevoir les dernières publications du blogue :

Je vous offre un cadeau de Noël!

Un cadeau pour Noël

Cette semaine, je vous offre en guise de cadeau pour Noël une nouvelle de mon cru!  Cette histoire écrite et publiée dans une défunte revue de nouvelles québécoise il y a plusieurs années, se passe dans les années 90.

Pour les critiques littéraires  qui me suivent, «lâchez-vous lousse» comme on dit en bon québécois!  J’ai sorti mon bouclier et je devrais survivre aux blessures de vos plus impitoyables commentaires.

Avis à tous les Pierre, Louise, Philippe et Anne de ce monde: cette nouvelle est une œuvre de fiction.  Les noms, les personnages, les lieux et les évènements sont le fruit de l’imagination de l’auteure et toute ressemblance avec des personnes réelles, vivantes ou  mortes serait pure coïncidence.

Bonne lecture et j’attends vos commentaires avec plaisir.

Phrenssynnes

La lettre

nouvelle

Elle allait déchirer la lettre de rupture qu’elle avait écrite à son mari. Elle avait essayé d’oublier l’homme qui obsédait ses pensées, celui qu’elle voyait dans sa soupe, dans ses rêves, dans ses fantasmes les rares fois où elle faisait l’amour avec son mari. C’était impossible. Finalement, elle avait décidé de se séparer et avait écrit à Pierre cette lettre qui languissait dans son sac à main depuis deux jours. Missive rédigée sous le coup de la colère après une de leurs nombreuses disputes à propos d’une futilité d’une importance primordiale pour son obsessif-compulsif de mari. C’était idiot de l’écrire : Philippe, son amant, n’était même pas au courant. Et c’est en conduisant sur cette autoroute mouillée en ce matin de mars qu’elle avait décidé de faire marche arrière. Elle allait détruire cette enveloppe et son contenu. Ouvrant son sac à main placé sur le siège à côté d’elle, elle jeta un coup d’œil pour vérifier si elle était bien là. Elle reconnut le vélin blanc de l’enveloppe.

Et splash… Un camion vient de la dépasser. Les giboulées de mars rendent son humeur agressive et noient le pare-brise de la voiture. Les essuie-glaces n’en finissent pas de tasser toute cette pluie. À la radio, le morning man annonce encore du mauvais temps pour les prochains jours. Il sera bientôt parti en vacances, le chanceux; alors il se fiche du temps qu’il fera ici prochainement. Il nous tourne le fer dans la plaie, se dit Louise. Elle change de poste. « Et vlan! Ta cote d’écoute vient de baisser vieux con! Cela t’apprendra à dire des niaiseries », dit-elle tout haut. La radio grince jusqu’à la prochaine station. Musique tonitruante qui nous casse les oreilles. Clic! Louise éteint la radio. Mieux vaut se concentrer sur autre chose; établir ma liste de priorités, pense-t-elle. Elle qui est si désordonnée. Tout le contraire de son mari. L’ordre règne toujours autour de lui. Que ce soit les notes dans ses dossiers ou ses caleçons dans son tiroir, tout est parfaitement aligné comme les soldats d’un régiment au garde-à-vous. Pierre est toujours déçu des talents de Louise pour l’organisation de la maisonnée. Elle jongle du mieux qu’elle peut avec agendas, secrétaire pour lui rappeler les rendez-vous, femme de ménage, liste de choses à faire pour satisfaire son mari exigeant. Mais rien n’y fait. Il y a toujours une varicelle, une gardienne malade, une urgence au bureau, un bouton décousu ou un enfant dans la maison avec des chaussures sales pour contrarier son maniaque de la propreté et de l’ordre. Et lorsque s’écroule, tel un château de cartes, l’organisation qu’elle avait échafaudée de peine et misère, il a toujours une petite remarque perfide toute prête comme si elle macérait en lui et attendait le moment propice pour jaillir depuis longtemps. Si au moins elle avait des compensations pour équilibrer cette relation conjugale frustrante, si sa vie sexuelle était satisfaisante, cela pourrait compenser et équilibrer son bonheur. C’était sans doute pourquoi elle était devenue amoureuse de Philippe, le beau Philippe, le mari d’une consœur de travail. Quelle catastrophe que de tomber en amour avec lui! Louise avait l’impression que cette liaison avait été inévitable. N’étaient-ils pas destinés à découvrir leurs sentiments réciproques à ce party de bureau qui avait eu lieu chez Philippe et Anne? Était-ce vraiment le hasard qui les avait réunis seuls dans la cuisine ce soir-là? Attiré par le corps callipyge de Louise, qui, penchée vers le frigo, cherchait un plat de canapés, Philippe n’avait pu s’empêcher de mettre une main sur sa taille et déposer l’autre sur son flanc opposé pour ensuite la faire glisser jusqu’à la naissance de son sein. Elle avait senti le souffle chaud de son haleine au creux de son oreille lorsqu’il lui avait dit : « Alors, tu l’as trouvé ce plat de canapés? » Le geste de Philippe par ailleurs chaleureux n’avait pas vraiment dépassé la limite de la convenance, mais les mamelons de Louise s’étaient durcis et elle avait senti les ondes chaudes du désir se diriger vers son ventre. L’audace de l’ivresse, sa véritable attirance pour cet homme ou sa libido frustrée depuis trop longtemps l’avaient fait répondre à cette caresse un peu trop chaudement. Elle s’était reculée contre son corps à lui. Au lieu d’en être choqué, il avait réagi à son tour avec avidité. Le bruit d’un verre brisé dans le salon les avait fait reprendre leur sens. Mais il était trop tard, le courant avait passé, la glace était brisée, l’intimité des sentiments était révélée.
Le lundi suivant, Philippe l’avait invitée pour le lunch. Un rendez-vous anodin dans la cafétéria de l’hôpital où Philippe est médecin. Son horaire contraignant l’empêchait de manger en dehors de l’hôpital; Il voulait seulement une rencontre pour mettre les choses au clair. Rencontre qui s’était terminée dans son bureau, porte close. Un seul baiser, s’était-elle dite. Juste le toucher une fois, caresser de ses doigts entre les boutons de sa chemise son torse poilu, palper sa nuque rasée, effleurer son corps. Une fois, seulement une fois. Finalement, le tout avait été digne du dernier succès de la cinématographie érotique. Quelle débâcle! Quand elle y repensait, ses cheveux se dressaient sur sa tête. C’était scandaleux! Comment avait-elle pu se laisser aller à ce point! Pour mettre un peu de piquant dans sa vie quotidienne si routinière : voilà la seule réponse qui lui venait à l’esprit. Mais au lieu d’ajouter un peu d’agrément à sa terne existence, la culpabilité l’avait accablée. Le plaisir ressenti lors de ces quelques minutes pimentées ne contrebalançait pas le désarroi qui lui rongeait l’âme. Coupable. Elle se sentait coupable. Surtout lorsqu’elle voyait Anne au bureau. Anne avec ses grands yeux verts, tristes comme ceux d’un épagneul. À toutes les fois, Louise se demandait : « Mon Dieu! Est-ce qu’elle le sait? »

L’insoutenable était de se retrouver les deux couples ensemble. Elle essayait de prévenir cela le plus possible, mais parfois c’était inévitable. Philippe était très bon comédien. Cela ne pouvait pas durer. Elle changerait de bureau, tout simplement. Elle pourrait ouvrir son propre cabinet de dentiste. Elle resterait avec son mari, investirait temps et énergie dans son mariage. D’ailleurs, sa sœur ne lui avait-elle pas dit qu’elle regrettait son divorce? Que si elle pouvait remonter dans le temps, les choses seraient différentes. Changer un homme pour un autre, est-ce que cela valait tout le trouble? Philippe avait sûrement des défauts qu’elle n’avait pas encore découverts. Elle l’avait bien épousé son Pierre. Elle essaierait de retrouver la petite étincelle qui les avait réunis des années plus tôt. Certes, avec le temps, la flamme s’était atténuée, mais elle devait bien couver encore ici ou là. À elle de la dénicher.

En arrivant au garage, elle déchirerait cette lettre dans laquelle elle annonçait à son mari qu’elle était amoureuse de Philippe. Trouver la poubelle pour jeter la lettre, ensuite direction bureau avec la voiture du garage, après le bureau prendre Valérie à l’école pour son rendez-vous chez le pédiatre. Le bœuf haché, ne pas oublier le bœuf haché pour le souper. Seigneur! Mais qu’est-ce qu’ils ont à freiner sur cette autoroute? Il est neuf heures. J’ai un traitement de canal à faire à neuf heures quinze. Mais qu’est-ce qu’il fout ce con devant? Un énorme camion freine et dérape devant elle. Il est complètement perpendiculaire à la circulation. Le véhicule est si long qu’il prend toute la largeur de la route. Louise enfonce la pédale des freins, mais sa voiture s’écrase brutalement contre le mastodonte. Après quelques secondes, son premier réflexe est d’embrayer pour essayer de se ranger sur le côté de la route, mais rien ne veut bouger. « Merde, la transmission doit être brisée. Il faut que je sorte de l’auto au plus vite. » Telles sont ses dernières pensées avant qu’elle entende le bruit de métal broyé que fait de nouveau sa voiture. Elle n’a pas le temps de réaliser qu’elle s’est fait frapper à son tour. Elle n’entend rien des sirènes, des cris des ambulanciers et des policiers.

Lorsqu’elle reprend conscience, elle flotte entre ciel et terre. Elle a l’impression d’être accrochée au plafond. D’un côté, elle voit un grand tunnel avec une lumière blanche et vive au bout. De l’autre côté, une grande pièce : les murs blancs percés de petits trous à intervalles réguliers sont parsemés de crochets où sont suspendues toutes sortes de choses. Le long des murs, il y a plusieurs chariots remplis d’objets. Le tout donne une impression d’efficacité et d’organisation parfaite. Tout y est méticuleusement rangé de façon à pouvoir trouver tout rapidement. Elle entend parler. Au centre de la pièce, plusieurs personnes habillées en blanc sont penchées sur quelqu’un qui est couché. Une des personnes se met à crier des ordres. C’est un homme. Louise ressent soudain un coup de poing dans le ventre. C’est l’émotion, le choc qui fait exploser ses synapses quand elle se reconnaît sur la civière dans une salle d’urgence. Une atmosphère de panique règne et elle bénit le rangement irréprochable qui lui sauvera probablement la vie. Est-ce que je suis blessée? Idiote, si tu ne l’étais pas, tu ne serais pas ici. Ça ne doit pas être grave, je ne sens rien. Ah non ! Qu’est-ce qu’elle fait cette femme avec ces ciseaux? Mon pantalon. Elle coupe mon pantalon de soie qui m’a coûté une fortune. Mon Dieu! Le bureau! Je vais être en retard! « Que quelqu’un appelle ma secrétaire », crie-t-elle. Personne ne l’entend. Eh bien, tu t’es foutue dans un beau pétrin ce matin. Merde! Pourquoi ai-je mis ces sous-vêtements? Les pires petites culottes que j’ai dans mon tiroir. J’ai l’air d’une vraie folle. Avoir su, j’aurais fait mon lavage hier soir. Tiens, est-ce qu’ils savent que je suis allergique à la pénicilline? « Eh toi! Doc, ne me donne pas de pénicilline » crie-t-elle. Est-ce qu’on donne des antibiotiques à un blessé? Louise, ne panique pas. Sois logique. Non, ça ne doit pas être une des premières choses qu’ils donnent à un accidenté de la route, mais ça me fatigue. « Hé! Quelqu’un, allez voir dans mon porte-monnaie. Écoutez-moi! Je suis allergique à la pénicilline », hurle-t-elle. Une infirmière entre dans la salle en criant : « Groupe sanguin A positif, allergique à la pénicilline ». Ouf! se dit Louise. Il est temps qu’ils se réveillent. A positif! Pourquoi parlent-ils de mon groupe sanguin? Je ne veux pas de transfusion. Il n’en est pas question. J’ai bien trop peur du sida. « Eh! Espèce de con, si tu me fais une transfusion, je te poursuis. Mon mari est avocat. Tu es obligé de me faire signer un formulaire. Tu n’as pas le droit. Je préfère être anémique plutôt que séropositive. »

Seringues, solutés, tubes de toutes sortes passent d’une main à l’autre pour aboutir inévitablement au corps de Louise. On s’active. Les chariots se vident. Puis, tout à coup, la porte à battants s’ouvre d’un coup sec. Philippe, le visage défait, entre dans la salle. Accablé, il parle avec le médecin, celui qui n’arrête pas de crier. La lettre, se dit Louise. Merde et triple merde! La lettre qu’elle devait détruire. Pierre la trouvera sûrement. « Philippe! Philippe! Déchire la lettre qui est dans mon sac à main », crie-t-elle à tue-tête. Ma foi! Il est sourd comme un pot! Il ne faut pas que Pierre voie cette lettre. Je ne veux pas qu’il sache que j’ai eu une aventure avec Philippe. Après tout, on ne détruit pas quinze ans de mariage pour une passade. Anne sera mise au courant. Rien ne sera plus comme avant. Quel désastre!

« La pression chute. Je n’ai plus de pouls », annonce la grosse infirmière aux cheveux roux. Philippe prend alors la main de Louise dans la sienne. Il l’appelle : « Louise, Louise, reviens! » Elle se sent soudainement tirée, aspirée vers la civière comme si elle avait un cordon attaché au milieu du dos. « O.K., c’est beau, le pouls est revenu », déclare maintenant l’infirmière. Louise ressent une douleur partout dans son corps et perd de nouveau connaissance.

Quand elle se réveille, elle flotte encore dans les airs. Philippe est encore là. Il tient le sac à main de Louise dans ses mains. « Fouille, Philippe fouille dans mon sac à main, jette la lettre », ordonne Louise. Soudain, Philippe se retourne vers la porte qui vient de s’ouvrir et repousse Pierre qui essaie d’entrer dans la salle. « Je veux la voir », crie-t-il, le visage rempli de larmes. Philippe le retenant de force lui répond : « Ça ne sert à rien que tu sois là. Ils font tout ce qu’ils peuvent. Je connais l’urgentologue, c’est un des meilleurs. Tiens, c’est son sac à main… » Et la porte se referme. Et voilà! C’est fait, se dit Louise. Ce n’est plus qu’une question de secondes ou de minutes et il aura la lettre. J’ai tout gâché. Et puis merde, allez tous vous faire foutre! Envahie par une tristesse infinie, elle se sent inexorablement entraînée vers cette lumière blanche au bout du tunnel pendant qu’elle entend un « bip » continu. Ce son est interminable et l’accompagne tout au long de son voyage dans ce canal lumineux. De très loin, elle se voit couchée sur la civière, la tête renversée vers l’arrière, un tube transparent lui sortant de la bouche, plusieurs fils émergeant de petites suces fixées un peu partout sur son corps. Elle songe à ses enfants, Nicolas et Valérie. Puis elle ne peut s’empêcher de penser à cette maudite missive! Désespérément, elle essaie de s’accrocher, mais les murs lisses du canal n’offrent aucun obstacle, aucune aspérité pour lui permettre d’arrêter sa course folle vers la mort. Le trépas la rattrape avant qu’elle ne puisse rattraper sa lettre.

Lettre qui en réalité gît pour l’éternité dans le fond de la carcasse de métal broyé à côté du tube de rouge à lèvres, lui aussi oublié par l’ambulancier ayant ramassé le contenu renversé du sac à main de Louise…

Copyright Phrenssynnes

 

 

 Cliquez ici pour lire d’autres articles sur Phrenssynnes se cultive.

book-club_illustration-10 (crédit DIVI)

Vous avez de la difficulté à épeler le mot «Phrenssynnes»? Simplifiez-vous la vie en vous abonnant. Vous recevrez dans par courriel la dernière publication le samedi matin.

Abonnez-vous

Pour recevoir les dernières publications du blogue :

4 conseils pour réussir un pain santé

Pain santé

J’ai découvert une recette de pain santé sur Pinterest. Vous connaissez ma passion pour la nourriture santé.  Juste à voir les ingrédients, vous n’avez pas besoin d’être nutritionniste pour comprendre que c’est une recette santé. Avouez que ça a l’air bon!

Pain santé (crédit photo Phrenssynnes) Pain santé (crédit photo Phrenssynnes)

Mon expérience

Cela fait trois fois que je fais ce pain.  Et je le trouve assez bon pour le refaire encore et c’est pourquoi je veux  le partager avec vous.  Par contre, ne vous attendez pas à un style pain baguette à la française, c’est très différent. Il n’a pas de texture viscoélastique comme un vrai pain.

Cette recette contient du gruau et des noix donc beaucoup de protéines.  Ce pain ne contient pas de levure ni de levain, je crois que c’est le psyllium qui agit comme «agent liant» de la pâte.

Conseils

La deuxième fois que j’ai fait la recette, j’ai ajouté des noix du Brésil presque entières, alors la tranche se tenait moins bien et brisait facilement.  Donc,  attention à la grosseur de vos noix.

Une autre précaution, ne pas couper vos tranches trop minces pour la même raison.

Ce pain est délicieux grillé particulièrement dans un poêlon avec de l’huile d’olive ou du beurre, garni avec du fromage, du pâté de foie ou n’importe quelle tartinade.

L’auteur recommande d’attendre qu’il soit bien refroidi pour le trancher avec un couteau bien aiguisé.   Un vrai supplice de ne pouvoir goûter un pain sortant du four! La  nutritionniste canadienne Sarah Britton le mentionne, c’est difficile mais important.  Il se congèle très bien en tranches.

Voici le lien pour la recette: Pain santé

La cuisson du pain santé (crédit photo Phrenssynnes) La cuisson du pain santé (crédit photo Phrenssynnes)

Pain santé chèvre et basilic (crédit photo Phrenssynnes) Pain santé chèvre et basilic (crédit photo Phrenssynnes)

Bon appétit!

Phrenssynnes.

P.S. Pinterest et Sarah Britton n’ont pas été mis au courant de mon projet.  Et j’ai acheté moi-même tous les ingrédients mais Lhom a payé sa juste part!

Abonnez-vous

Pour recevoir les dernières publications du blogue :

Pour découvrir d’autres recettes de Phrenssynnes

"
Salade de farro

Salade de farro

La saison estivale commence et, avec les chaleurs, nous aimons manger des plats frais. Je vous présente une salade de farro qui conviendra pour un brunch, un dîner, ou pour servir en accompagnement lors d'un barbecue. Qu'est-ce que le farro? On surnomme le farro comme...

Mousse à l’omble de l’Arctique

Mousse à l’omble de l’Arctique

Cuisinez une mousse à l'omble de l'Arctique Qu'est-ce que l'omble? L'omble de l'Arctique ou omble chevalier est un poisson de la famille des saumons qu'on consomme dans les régions nordiques. Voici la recette de la mousse à l'omble, vous trouverez mes commentaires...

Le challenge de février sans alcool, mon expérience personnelle.

Le challenge de février sans alcool, mon expérience personnelle.

Introduction En 2024, j’ai décidé de me donner un défi. En anglais, ils le nomment Dry February. J’ai choisi le mois le plus court, mais je me suis fait avoir. 2024 est une année bissextile! Un jour de plus. Hum! Le défi Le défi, c'est de ne pas boire d’alcool pendant...

Biscuits au chocolat sans culpabilité

Biscuits au chocolat sans culpabilité

Pourquoi j'ai fait des biscuits au chocolat sans culpabilité À l’approche de la saison froide, j’ai souvent une envie incontrôlable de dévorer des choses sucrées. Ma fille me disait que nous sommes tous pareils. Comme de gros ours faisant des réserves avant...

Muffins aux pommes et à la farine de pois jaune

Muffins aux pommes et à la farine de pois jaune

Retour vers le pois jaune J'ai écouté récemment à Radio-Canada une émission où la journaliste Allison Van Rassel nous parlait de la farine de pois jaune. Étant donné tous les bienfaits de cet aliment, j'ai couru jusqu'à mon épicerie préférée pour acheter cette...

Rosbif 101, comment j’ai réussi à cuisiner un excellent rosbif

Depuis quelques années, nous mangeons beaucoup moins de viande rouge et de charcuterie. Puisque l'Organisation mondiale de la Santé l'a déclaré. Donc, nous en mangeons rarement mais lorsqu'on en mange, on choisit de la bonne viande.Recette de rosbif facileIngrédients...

Essayez cette recette de noix au cari

Essayez cette recette de noix au cari

Cette semaine, voici une recette de noix au cari délicieuse. Les noix sont excellentes pour la santé car elles contiennent des micronutriments et macronutriments. C’est quoi ces nutriments? Micronutriments et macronutriments des noix On classe les éléments nutritifs...

«Madame Hemingway» de Paula McLain

Quatrième de couverture

Chicago, octobre 1920.  Hadley Richardson a 28 ans et débarque du Missouri.  Elle fait alors la connaissance d’un jeune homme de 20 ans, revenu blessé de la Grand Guerre, Ernest Hemingway.  Après un mariage éclair, ils embarquent pour la France et se retrouvent à Paris au cœur d’une «génération perdue» d’écrivains anglo-saxons expatriés -Gertrude Stein, Ezra Pound, James Joyce, Francis Scott Fitzgerald…

Rive gauche, entre l’alcool et la cocaïne, la guerre des ego, les couples qui se font et se défont et la beauté des femmes, Ernest travail à son premier roman, Le soleil se lève aussi, qui lui apportera consécration et argent.

Mais à quel prix?  Hadley saura-t-elle répondre aux exigences et aux excès de son écrivain de mari?  Pourra-t-elle rester sa muse, sa complice, son épouse?

Madame Hemingway (crédit photo Phrenssynnes) Madame Hemingway (crédit photo Phrenssynnes)

Mais qui diable est Hadley Richardson?

Ce livre m’a été prêté par mon amie «droit1975».  Oui, «droit1975» contribue beaucoup à ma culture.

Ce que j’ai aimé:

J’ai adoré ce roman de Paula McLain.  Écris au «je», on découvre la vie d’Hadley avec Ernest Hemingway au début de sa carrière d’écrivain.  Ni l’un, ni l’autre ne savait qu’Ernest deviendrait un pilier de la littérature américaine et remporterait un jour le Prix Nobel.

On vit avec eux les difficultés d’un jeune couple vivant à Paris avec peu de moyen.  L’écriture de madame McLain nous rend Hadley très attachante et même si on sait comment l’histoire va finir, l’auteure ne m’a pas perdue un seul instant. Aucune longueur.

Une belle main d’écriture dont voici un parfait exemple.  Hadley nous décrit Zelda, l’épouse de Francis Scott Fitzgerald lors de leur première rencontre.

Elle avait déjà ce je ne sais quoi de flou dans l’attitude quand elle se leva pour nous serrer la main, quelque chose de trouble qu’elle semblait même cultiver.  Sa robe, un pâle fourreau de couches vaporeuses superposées, bougea comme en rêve autour d’elle quand elle se rassit.  Elle avait le teint clair, les cheveux blonds ondulés, tout en elle donnait l’impression d’être de la même couleur, à l’exception de sa bouche, peinte en rouge sombre, qui se découpait en une éclatante ligne droite.

Ce que j’ai moins aimé:

Madame Hemingway est un roman mettant en vedette de vrais personnes; Paula McLain mentionnent à la fin du livre qu’ils sont, dans son histoire, des personnages imaginaires. Par contre, elle s’est appuyée sur de nombreux documents historiques pour relater leurs vies.

Je ressens un certain malaise en m’imaginant à la place d’Ernest Hemingway et d’Hadley Richardson.  Je disais même à Lhom, suppose qu’on écrive un roman sur nous en y décrivant notre relation intime.  Pour reprendre l’expression, je crois que je me retournerais dans ma tombe et serais un peu choqué qu’une auteure relate de tels moments intimes qui ne se sont probablement pas passé comme elle le décrit…  On a le droit de faire ce qu’on veut avec la fiction mais le lecteur doit prendre gare et ne pas croire que c’est la réalité exacte.

Pour en lire plus sur Phrenssynnes et la culture.

C’est une belle lecture qui nous rapproche d’Hemingway et nous donne envie de lire et relire les livres de ce géant littéraire.  Et une excellente suggestion pour un cadeau de Noël.

Bonne lecture.

Phrenssynnes

p.s. Paula McLain et ses éditeurs n’ont pas été mis au courant de ce projet.

 

  Cliquez ici pour lire d’autres articles sur Phrenssynnes se cultive.

book club illustration (credit DIVI)

Lorsque vous êtes abonné, tous les samedis matin, vous trouverez mon dernier article dans votre boîte courriel prêt à être consulté pendant que vous savourez votre café.

Abonnez-vous

Pour recevoir les dernières publications du blogue :

Citation de Joanne Woodward

Citation de Johanne Woodward

 

Je ne sais pas de qui est cette traduction.  Préférez-vous l’originale en anglais ou celle en français?

Une chose est sûre Joanne Woodward a terriblement raison!

Et pour votre information le mari de Johanne Woodward était Paul Newman.

Bonne semaine.

Phrenssynnes

 

Citation Johanne Woodward (crédit photo Phrenssynnes)

« Sexiness wears thin after a while and beauty fades, but to be married to a man who makes you laugh every day, ah, that’s a real treat.  »

Johanne Woodward

Joanne Woodward en français (crédit photo Phrenssynnes)

« Le charme s’émousse et la beauté se fane, mais vivre aux côtés d’un homme qui, chaque jour, vous fait rire, ça, c’est un cadeau du ciel. »

Johanne Woodward

Pour me suivre et ne rien manquer, inscrivez vous à ces deux publications.

En vous abonnant sur le blogue (sur la plateforme WordPress), vous recevez le samedi matin ma dernière publication sur différents sujets : la culture, la bouffe, les voyages ou certaines réflexions.

Abonnez-vous au blogue

Pour recevoir les dernières publications du blogue :

Vous pouvez aussi souscrire à mon infolettre mensuelle (sur la plateforme Substack). Sur une note légère, humoristique et positive, je partage les idées géniales découvertes lors de mes navigations sur le web et qui mérites votre attention.

«La disparition de Stephanie Mailer» par Joël Dicker

Le dernier roman de Joël Dicker

Quatrième de couverture.

« 30 juillet l994. Orphea, petite station balnéaire tranquille des Hamptons dans l’État de New York, est bouleversée par un effroyable fait divers : le maire de la ville et sa famille sont assassinés chez eux, ainsi qu’une passante, témoin des meurtres.
L’enquête, confiée à la police d’État, est mené par un duo de jeunes policiers, Jesse Rosenberg et Derek Scott. Ambitieux et tenaces, ils parviendront à confondre le meurtrier, solides preuves à l’appui, ce qui leur vaudra les louanges de leur hiérarchie et même une décoration.
Mais vingt ans plus tard, au début de l’été 2014, une journaliste du nom de Stephanie Mailer affirme à Jesse qu’il s’est trompé de coupable à l’époque.
Avant de disparaître à son tour dans des conditions mystérieuses.
Qu’est-il arrivé à Stephanie Mailer?
Qu’a-t-elle découvert?
Et surtout : que s’est-il vraiment passé le soir du 30 juillet 1994 à Orphea? »

Ce que j’ai moins aimé

Tout un pavé : 635 pages!

Une grosse trentaine de personnages, tellement qu’il y a une liste des principaux à la fin du livre… afin de pouvoir s’y retrouver. Au début de la lecture, ça prend un peu de concentration afin de tous les connaître. À ne pas lire en même temps qu’un autre roman sinon vous vous y perdrez. Avec un tel nombre, l’auteur ne peut pas développer l’histoire de chacun aussi profondément qu’il le devrait, du moins pour certains.
Exemple, je trouve qu’il a un peu trop creusé l’histoire d’enfance de Jesse Rosenberg; un récit d’humiliation de la part de ses grands-parents. Par contre, j’aurais aimé en apprendre plus sur l’enfance et la vie d’un autre homme évoluant dans le roman d’une façon pour moi plutôt inattendue : Steven Bergdorf. Je m’attends d’ailleurs à une suite ou un autre livre avec ce fameux personnage.
L’auteur a failli me perdre avec Kirk Harvey, sa pièce de théâtre et tout ce qui tourne autour. Peu plausible que tant d‘acteurs dans le roman veuillent jouer dans cette représentation théâtrale. J’ai tenu bon pour vous! Et vous faire ma critique!

La disparition de Stephanie Mailer (crédit photo Phrenssynnes) La disparition de Stephanie Mailer (crédit photo Phrenssynnes)

Ce que j’ai aimé

J’ai commencé ce livre avec beaucoup d’attente. Tout d’abord parce qu’il m’a été prêté et recommandé par mon amie « Droit 1975 ». Et j’ai adoré les deux premiers livre du même auteur, c’est-à-dire: La vérité sur l’affaire Harry Quebert et Le Livre des Baltimore.

Dans la foule de personnages, il y en a bien sûr auquel on s’attache plus. On peut voir leur évolution dans la vie puisque l’histoire se répartie entre deux époques. Mes préférés sont Jesse Rosenberg et Anna Kanner. Évidemment. Vous comprendrez si vous lisez jusqu’à la fin…
J’ai aimé l’intrigue compliquée avec une narration multiple. Chaque personnage a son mot à dire dans son chapitre. J’ai de l’admiration pour l’auteur de ne pas s’être perdu avec une histoire si sophistiqué et si longue; il lui a fallu un bon plan.
Faire une histoire avec deux récits, se passant à plusieurs années d’intervalle, est aussi le thème des autres romans que j’ai lu de cet écrivain.

Un roman policier?

Dans certains sites littéraires, on rapporte que Joël Dicker se défendait de ne pas avoir écrit un roman policier mais plutôt une histoire sur fond d’enquête policière. Moi j’aime bien les polars parce que j’ai de l’admiration envers les enquêteurs criminels. C’est une raison pour laquelle j’ai apprécié ce livre peu importe comment l’auteur le qualifie.
Vous savez que j’aime la Nouvelle-Angleterre pour l’avoir tant visitée. Et j’adore y retourner dans les romans.
J’ai aimé la fin malgré tout.
Et même si ce n’est pas son meilleur livre à mon avis, je serai fidèle à Joël Dicker avec ses prochains écrits.

Bonne lecture.

Phrenssynnes.

P.S. Joël Dicker et sa maison d’édition n’ont pas été mis au courant de ce projet avant publication.

 

  Cliquez ici pour lire d’autres articles sur Phrenssynnes se cultive.

book club illustration (credit DIVI)

Lorsque vous êtes abonné, tous les samedis matin, mon article aura déjà atterri dans votre boîte courriel prêt à être consulté pendant que vous savourez votre café.

Abonnez-vous

Pour recevoir les dernières publications du blogue :

Citation de Coluche

Citation de Coluche (crédit photo Phrenssynnes)

 

 Coluche

Coluche, c’est le surnom d’un humoriste et comédien français. Son véritable nom, Michel Colucci, est d’origine italienne puisque son père était originaire de ce pays. Coluche se démarque par son style sarcastique et il devient très populaire.

J’adore son style.

Quel lien entre Coluche et Mel Robbins

 

Mel Robbins est une auteure américaine. Elle écrit sur l’anxiété en relatant comment elle a su surmonter ce problème.

Pour citer Mel Robbins: selon les statistiques nous avons une chance sur 400 milliards de venir au monde.  N’est-ce pas fantastique ou plutôt, ne sommes-nous pas fantastiques?

Découvrez-la en écoutant ce Ted Talks que je vous recommande.

 

Ted Talks de Mel Robbins

 

Si vous avez envie d’écouter le vidéo, c’est un bon «pep talk», vous serez hyper motivés pour la semaine.

Je vous laisse sur cette réflexion en vous souhaitant une bonne semaine.

Phrenssynnes

 

Pour en lire plus sur Phrenssynnes cogite

Pour en lire plus sur Phrenssynnes se cultive

Abonnez-vous

Pour recevoir les dernières publications du blogue :

Où aller en road trip ou les aventures de Brittany Brexit au Vermont

Rouge, brillante et très british, je suis la rutilante mini Cooper de Phrenssynnes. Mais qui diable est Brittany Brexit?

 

Voyage au Vermont

Vous aimeriez faire une escapade en automne pour vous changer les idées, vous éloigner de votre quotidien et faire le plein d’énergie? Manchester Center, Vermont, voilà une excellente suggestion pour un voyage agréable en Nouvelle-Angleterre.

 Phrenssynnes, Lhom et moi avons décidé de faire ce pèlerinage en passant par les frontières de Stanstead. L’Estrie a préparé notre regard pour les beautés montagnardes qu’offre le Vermont. Le paysage à ce temps-ci de l’année est impressionnant de couleur.

 

Hanover, New Hampshire

 

Nous avons fait un arrêt à Hanover, New Hampshire. Nos deux tourtereaux se sont délectés dans un authentique « dinner ». Vous savez comment les portions dans les restaurants américains sont gigantesques. Me croiriez-vous si je vous disais que celui-ci de Hanover a battu tous les records?  Sachant que Lhom est un amateur invétéré de tarte aux pommes, vous auriez dû voir son visage lorsqu’il a aperçu ce fabuleux dessert.

 

Mile high Apple pie (crédit photo Phrenssynnes) Mile-high Apple pie (crédit photo Phrenssynnes)

Lorsque vous arrêterez à Hanover, réservez du temps pour faire une promenade afin de pouvoir admirer les édifices à l’architecture typique de Dartmouth College, un des établissements d’enseignement de la prestigieuse Ivy League.

Une maison de fraternité américaine (crédit photo Phrenssynnes) Une maison de fraternité américaine (crédit photo Phrenssynnes)

Connecticut River au Vermont

Reprenant le chemin, longeant la Connecticut river nous avons ensuite pris une voie secondaire pour se diriger vers les montagnes vertes.

Et, bloody hell, la route vallonnée exalte de collines oranges et rouges. Lovely!

Manchester, quelle belle petite ville.

 

Orvis, une entreprise du Vermont

 

La ville de Manchester Center est touristique avec deux beaux centres de skis à proximité, et de nombreuses pistes pour les amateurs de randonnées pédestres. Elle est aussi l’endroit où la compagnie Orvis y a établi son siège social. Si vous êtes un amateur de pêche, vous connaissez sûrement l’entreprise. Vendant des vêtements de plein air, des articles pour la chasse, la pêche et les amoureux des chiens.
Vous pouvez même visiter un Musée de la pêche à la mouche (American museum of fly fishing) et il y a aussi une école où vous pouvez prendre des cours de lancer à la mouche.

Nous avons séjourné au Palmer House.  Situé sur un immense terrain et près du centre du village, nous avons beaucoup apprécié leur accueil. Tel qu vous pouvez le constater, j’avais une magnifique place de stationnement.

 

Brittany Brexit Manchester Center, Vermont (crédit photo Phrenssynnes) Brittany Brexit Manchester Center, Vermont (crédit photo Phrenssynnes)

Lhom et Phrenssynnes ont fait de belles randonnées dans les sentiers du Mont Equinox. Les pistes sont bien identifiées et de tous les niveaux.  Les débutants comme les experts y trouvent leur profit.

 

 

Montagne du Vermont (crédit photo Phrenssynnes) Montagne du Vermont (crédit photo Phrenssynnes)

Un très prestigieux hôtel porte le nom de la célèbre montagne. Lovely!

 

Brittany Brexit à Manchester Center (crédit photo Lhom) Brittany Brexit à Manchester Center (crédit photo Lhom)

Il y a beaucoup de marbre dans cette région. Remarquez ce bloc que nos deux randonneurs ont observé lors d’une de leur promenade dans les bois.

 

La ville du marbre

 

Du marbre dans les bois (crédit photo Phrenssynnes) Du marbre dans les bois (crédit photo Phrenssynnes)

 Lhom a baptisé Manchester, la ville aux trottoirs de marbre.

 

 Il y a un sentier en construction autour de Mill Pond, un petit étang au centre de la ville. C’est déjà magnifique, imaginez ce que ce sera lorsque terminé.

Chute au Vermont (crédit photo Phrenssynnes) Chute au Vermont (crédit photo Phrenssynnes)

 

Hildene

Autre point d’intérêt: la visite de Hildene, la maison de la famille Lincoln. Lhom et Phrenssynnes ont adoré cette visite historique. Et oui, c’est la maison des descendants d’Abraham Lincoln. Phrenssynnes a été impressionnée de voir le chapeau haut de forme de l’ancien président des États-Unis.

Manoir du Vermont (crédit photo Phrenssynnes) Manoir du Vermont (crédit photo Phrenssynnes)

Pour ceux intéressés par le magasinage, sachez que Manchester Center offre une belle variété de outlets dans la vraie tradition américaine. Brooks Brothers, Ralph Lauren, Kate Spade et compagnies sont entre autres de la partie.

Pensez aussi à faire vos réservations pour les restaurants car en automne, il y en a plusieurs qui sont très prisés. Phrenssynnes recommande  Ye olde tavern  où l’ambiance de cette véritable auberge historique est à couper le souffle… mais pas l’appétit!

Ye olde tavern au Vermont (crédit photo Phrenssynnes) Ye olde tavern au Vermont (crédit photo Phrenssynnes)

 L’automne en Nouvelle-Angleterre c’est aussi le paradis de la pumkin.  C’est à savoir qui a la plus belle décoration.  Cela embellit encore plus le paysage.

 

Décoration Halloween (crédit photo Phrenssynnes) Décoration Halloween (crédit photo Phrenssynnes)

 J’espère vous avoir convaincu d’y faire une visite.

Brittany Brexit

P.S. La ville de Manchester et tous les commerces cités n’ont pas été mis au courant de ce projet.  Le voyage a été au frais de Phrenssynnes et Lhom et aucun de nous trois n’a reçu de rétribution financière pour ce voyage.

 

Abonnez-vous

Pour recevoir les dernières publications du blogue :

Pour en lire plus sur les aventures de Brittany Brexit

Dolce Agonia de Nancy Huston

La température, le vent et la fraîcheur de l’automne me donnent envie de manger de la dinde, de la purée de patate douce et de la tarte à la citrouille. Pourquoi ne pas se replonger dans Dolce agonia de la canadienne Nancy Huston. J’ai trouvé que la saison des feuilles mortes serait un bon moment pour le présenter aux membres de mon club de lecture. Avec plaisir, une bonne tasse de thé et une galette Labriski (l’énergie de fer) (Mais qui diable est madame Labriski? ) je me suis lancée dans la relecture de ce roman publié en 2001.

Résumé :

Une douzaine de convives se retrouvent pour le souper du Thanksgiving américain (en novembre aux USA alors qu’au Canada c’est en octobre) chez leur ami Sean, un irlandais, professeur de littérature dans une université américaine. Le narrateur est Dieu lui-même! Les parties du livre alternent entre le déroulement de la fête chez Sean et un chapitre dédié à chaque invité où Dieu nous explique la mort de chaque personnage.

Dolce agonia (credit photo Phrenssynnes)

Ce que j’ai le moins aimé:

C’est que tous ces gens ne semblent pas très heureux. Chacun a un grand malheur dans sa vie qu’on découvre au fur et à mesure que l’histoire progresse.

Ce que j’ai aimé:

Disons que j’ai un petit préjugé favorable pour les histoires se passant en Nouvelle-Angleterre. J’adore l’atmosphère et la plume de Nancy Huston. Dans ce roman, l’écriture me fait un peu penser au « flux de conscience » qu’utilise Virginia Wolfe dans Mrs Dalloway. L’auteure décrit ce qui se passe dans le réel de cette soirée et aussi les pensées intimes de chacun des invités. Ce qui est possible grâce à son narrateur spécial! Cela doit être difficile à écrire, de passer des états d’âme d’un personnage à l’autre.  La personnalité de chaque participant de cette fête mémorable, est très bien développée. On apprend à les connaître à travers plusieurs de leurs souvenirs.


Cliquez ici pour lire une chronique d‘un livre de Derek Sivers


Dans les chapitres où Dieu nous parle de la mort de chacun, on apprend aussi ce qui se passera dans la vie de cette personne après ce fameux Thanksgiving.  Même le plus jeune invité, un bébé, y passe!

Théière et livre de Nancy Huston (credit photo Phrenssynnes) Théière et livre de Nancy Huston (credit photo Phrenssynnes)

Nancy Huston est une grande dame de la littérature et elle le prouve dans ce roman.  J’ai beaucoup d’admiration pour cette compatriote, anglophone de naissance écrivant maintenant dans la langue de Molière.

Et bien maintenant, il ne vous reste plus qu’à aller dans votre cuisine vous concocter une délicieuse recette Labriski  Wow! j’ai fait des carrés aux datteskis , vous infuser un thé et vous installer dans votre fauteuil préféré et vous délecter avec Dolce agonia.

Bonne lecture!

Phrenssynnes.

P.S. Je n’ai reçu aucune rétribution pour cet article.  Le livre provient de ma bibliothèque personnelle et Mme Huston n’a pas été mise au courant de mon projet.

 

 

 Cliquez ici pour lire d’autres articles sur Phrenssynnes se cultive.

book-club_illustration-10 (crédit DIVI)

Abonnez-vous

Pour recevoir les dernières publications du blogue :

Où aller en road trip ou les aventures de Brittany Brexit: Stoneham

Rouge, brillante et très british, je suis la rutilante mini Cooper de Phrenssynnes.  Mais qui diable est Brittany Brexit?

Me voici partie vers Stoneham avec Phrenssynnes et Lhom. Vous cherchez un endroit pour aller admirer les belles couleurs de l’automne, rien de mieux qu’un périple à  Stoneham à environ trente kilomètres au nord de Québec.  Si vous désirez prolonger votre road trip, vous pouvez vous rendre jusqu’à Tewkesbury, un endroit réputé pour son paysage à l’automne.

Comment s’y rendre

Capture d'écran Stoneham (crédit Phrenssynnes) Capture d’écran Stoneham (crédit Phrenssynnes)

 

De la fin septembre à la mi-octobre est probablement la meilleure période pour les couleurs automnales.  Cette photo, prise début octobre 2019, vous le démontre.


Ciel bleu et Brittany Brexit (crédit photo Phrenssynnes) Ciel bleu et Brittany Brexit (crédit photo Phrenssynnes)

Faire une randonnée pédestre

Si vous aimez les randonnées pédestres, vous pouvez aller faire le sentier du Hibou.  C’est un des parcours préférés de Phrenssynnes.  Les couleurs des feuilles raviront vos yeux, l’odeur sucrée des conifères vous nettoiera les poumons de toutes vos vicissitudes urbaines accumulées dans la semaine. Et Bloody hell, vous ne savez pas ce que Phrenssynnes fait: elle marche avec des bâtons de ski dans les mains et se vante de faire un sport différent: la marche nordique…

Voici le lien pour le sentier:  Sentier du Hibou

La marche afghane

Vous pouvez même expérimenter la marche afghane qui est très vivifiante selon Phrenssynnes.  Voici le principe de la Marche afghane selon Wikipédia

«La marche afghane remet la respiration au cœur de la marche. Elle joue sur le principe de synchronisation de la respiration avec les pas effectués tout en tenant compte de la déclivité du terrain : plus le terrain est pentu, plus les pas seront réduits.
Le rythme par contre, reste fonction de chacun, il faut essayer pour trouver son propre rythme : pour l’un, le rythme le plus confortable sera quatre pas alors que pour l’autre ce sera trois ou deux. Le principe est donc l’harmonie, le système de balancier : on doit avoir le même nombre de pas à l’expire qu’à l’inspire et chaque apnée doit être équivalente à la précédente. Par exemple, on aura : 3 pas pendant l’inspiration – 1 pas les poumons pleins – 3 pas pendant l’expiration – 1 pas les poumons vides ; et on reprend.
En montée, la technique est un peu différente : on compte autant de pas à l’inspiration qu’à l’expiration et on adapte le rythme en fonction de la difficulté. Plus la pente est raide, plus le rythme est court : on inspire et on expire sur 4 pas ou 3 puis 2 au fur et à mesure que la pente s’accentue ; sans retenir sa respiration.»Lumière dans les bois de Stoneham (crédit photo Phrenssynnes) Lumière dans les bois de Stoneham (crédit photo Phrenssynnes)

Ruisseau l'automne à Stoneham (crédit photo Phrenssynnes) Ruisseau l’automne à Stoneham (crédit photo Phrenssynnes)

Pendant que Lhom et Phrenssynnes se sont époumonés dans la montagne, moi je me suis prélassée au soleil.

Brittany Brexit visite Stoneham (crédit photo Phrenssynnes) Brittany Brexit visite Stoneham (crédit photo Phrenssynnes)

Après votre randonnée, vous aurez le loisir, pour vous sustenter de visiter La Souche à Stoneham.  Une microbrasserie où on met en valeur les produits locaux.  Lhom et Phrenssynnes ont déjà fait la dégustation de leurs différentes bières, activité qu’ils ont beaucoup appréciée.

Pascal le boulanger

Faites aussi un arrêt indispensable chez Pascal le boulanger.  Un endroit très populaire où nos deux comparses arrêtent souvent soit pour luncher, soit pour faire des réserves de pain ou de sucreries pour soulager la dent sucrée de Lhom.  Phrenssynnes vous suggère particulièrement le pain nordique, le kamut  céréale ou la baguette Stoneham.  Lhom quant à lui jure avoir mangé le meilleur mille-feuille de sa vie chez Pascal. Attention, ils sont fermés le dimanche et le lundi.

Si vous désirez faire un séjour, vous pouvez louer un chalet.  Voici quelques suggestions:

suggestion pour chalet à louer pour un minimum d’un mois

chalet à louer en groupe

Sinon, vous pouvez rester à l’hôtel du centre de ski:

Station touristique Stoneham

L’automne est une saison fantastique, aller faire un tour à Stoneham est une façon merveilleuse d’en profiter.

Bon Week-end.

Brittany Brexit

P.S. Phrenssynnes et moi-même (Brittany Brexit) n’avons reçu aucune rétribution financière pour cet article.  La Souche, Pascale le boulanger, la Station touristique Stoneham et les différents sites de chalet à louer n’ont pas été mis au courant de ce projet.

Un fois par semaine, je publie un article. Abonnez-vous et vous recevrez par courriel la dernière publication le samedi matin. Vous pourrez le lire en sirotant votre café!

Abonnez-vous

Pour recevoir les dernières publications du blogue :

Pour en lire plus sur les aventures de Brittany Brexit

Faire du pain avec sa fille!

Une mère montre à sa fille comment faire du pain, mais pour moi, ç’a été le contraire. Je dois humblement avouer que je n’avais jamais fait de pain de ma vie.   Kit4 a proposé une recette aux raisins et à la cannelle.  Je ne suis pas friande de cette épice, mais dans ce pain aux raisins, c’est délicieux.  Vous trouverez la formule secrète ici.

IMG_2561

Pain aux raisins et cannelle   sur Les gourmandises d’Isa.

C’est très facile, on mélange avec les mains. (suite…)

Bilan de la première année

Bilan première année de blogue

En ce mois de septembre, qui marque la première année de mon blogue, j’ai pensé partager avec vous mon bilan. J’ai maintenant 45 abonnés et je vous écris ces quelques lignes en sachant que plusieurs d’entre vous êtes déjà blogueurs.

Mais comme ce n’est pas le cas de toutes les personnes qui me suivent, je me permets d’expliquer beaucoup choses que certains d’entre vous connaissez déjà.

Sachez que ce blogue est financé par des publicités. WordPress.com se réserve le droit de mettre des réclames dans les publications de mon blogue sur lesquelles je n’ai aucun contrôle comme vous avez peut-être pu le deviner… étant donné les sujets des annonces commerciales… Peut-être un jour vais-je passer à la version payante d’un blogue  (…et avoir le choix des publicités) mais pas dans la prochaine année.

[Mise à jour]

Depuis 2021 mon blogue est auto-hébergé et j’ai décidé de n’avoir aucune publicité.

J’adore avoir vos commentaires et j’aimerais en recevoir plus. N’hésitez pas à me suggérer des idées. (suite…)

Citation Hippocrate

Citation santé d’Hippocrate 

Hippocrate a bien raison et ce n’est pas toujours facile à faire…

Bonne semaine.

Phrenssynnes

citation Hippocrate (crédit photo Phrenssynnes)

Abonnez-vous

Pour recevoir les dernières publications du blogue :

Pour en lire plus sur Phrenssynnes cogite

Pour en lire plus sur Phrenssynnes se cultive

Où aller en road trip ou les aventures de Brittany Brexit en Gaspésie.

Rouge, brillante et très british, je suis la rutilante mini Cooper de Phrenssynnes.

Mais qui diable est Brittany Brexit?

En une merveilleuse journée de cet été 2019,  nous sommes partis Lhom, Phrenssynnes et moi, en expédition pour la Gaspésie.  Plus précisément, destination Chandler pour visiter notre amie « droit 1975 ».  Nous avons pris la route en direction de la vallée de la Matapédia. Premier arrêt pour luncher à Ma cabane de la Gaspésie à Mont-Joli.  Un coin typique pour charmer les passants.  Un endroit gentil et sympathique où Lhom et Phrenssynnes ont bien mangé.

Vers la Gaspésie (crédit photo Phrenssynnes) Vers la Gaspésie (crédit photo Phrenssynnes)

La route 132 vers la Gaspésie

Reprenant la route avec une petite provision de fromage frais, je peux vraiment m’éclater. Oh! Bloody hell! Le paysage sur la « 132 » est ahurissant, spécialement dans la vallée de la Matapédia. Phrenssynnes et Lhom avaient fait le voyage il y a plus de dix ans mais pour moi, où c’est une première, la beauté de la nature illuminée par ce soleil québécois m’impressionne. Loving! Tel que vous pouvez le voir sur ces photos. (suite…)

Miró à Majorque.

Je viens de visiter l’exposition de Miró à Québec. Ou plutôt devrais-je dire Miró à Majorque.

Miró à Majorque Un esprit libre

Je suis allée seule voir l’exposition de Miro puisque Lhom, difficile à convaincre, a préféré aller courir. J’ai joint l’utile à l’agréable et je suis allée à pied, histoire moi aussi de faire mon exercice. En cheminant, je réfléchis et m’interroge sur ce que je devrais faire ou exploiter pour avancer mes projets littéraires. Retravailler mon premier jet de roman? En commencer un nouveau? Bâtir un recueil de nouvelles avec ce que j’ai déjà écrit? Au bout de quarante-cinq minutes, le musée est là qui m’attend.


(suite…)

Crème de champignon facile

Crème de champignons facile

Ingrédients

  • 6 tasses de champignons tranchés
  • ½ à ¾ de tasse de céleri
  • 1 petit oignon haché ou 4 à 6 échalotes vertes hachées
  • ½ tasse de beurre
  • ½ cuillère à thé de basilic
  • ½ cuillère à thé de sel
  • ¼ cuillère à thé de poivre
  • 6 cuillères à thé de farine
  • 3 tasses de lait
  • 3 tasses de bouillon de poulet
  • 1/4 de tasse de crème 15 % ou de lait

Préparation

Étape 1

Faire cuire les champignons, le céleri et l’oignon dans le beurre environ 20 minutes.

Étape 2

Ajouter le basilic, le sel, le poivre et la farine. Faire cuire une à deux minutes de plus.

Étape 3

Ajouter ensuite le lait et le bouillon.

Étape 4

Faire cuire à feu moyen jusqu’à léger épaississement (±15 à 20 minutes)
Passer au mélangeur et ensuite remettre dans la casserole. Ajouter au goût ¼ de tasse de crème ou de lait.

Recette de crème de champignon facile

 

Cette recette de crème de champignon vient de mon amie Chantal G. Facile à faire et délicieuse, même mes filles, qui détestent les champignons, en mangent!

Si vous recevez des invités, vous la décorez avec de la ciboulette ciselée. Ou encore vous la servez dans une tasse à café avec de la mousse de lait, comme un café latté. Vos convives vont en rire.

Vous pouvez utiliser différentes sortes de champignons; moi, j’ai essayé les blancs de Paris et ceux couleur café. Les deux donnent un résultat délicieux.

Une autre option est d’utiliser du bouillon de légumes pour faire une recette végétarienne.

 Bol de crème de champignonsBon appétit!

 

J’aimerais que vous me donniez des nouvelles, avez-vous aimé cette recette?

 

Phrenssynnes

 

Trouver un équilibre peut être un défi mais manger sainement n’a pas besoin d’être compliqué!

Abonnez-vous

Pour recevoir les dernières publications du blogue :

J’ai acheté mon livre québécois!

L’ombre d’un doute pour le 12 août

Nous, au Québec, on a le 12 août.

«»Le 12 août, j’achète un livre québécois » est célébrée pour la sixième année consécutive par tous les libraires québécois.

Née en 2014 d’un mouvement spontané sur les réseaux sociaux (à l’initiative des auteurs Patrice Cazeault et Amélie Dubé), la journée du « douzou » est désormais inscrite au calendrier de la très grande majorité des librairies du Québec.»

Référence:https://www.lapresse.ca/arts/litterature/201908/11/01-5237035-12-aout-la-fete-du-livre-quebecois.php

La journée officielle du 12 août dernier, j’étais en vacances en Ontario. Je me suis reprise, car il n’est jamais trop tard pour participer à la journée du «douzou». (suite…)

Harlan Coben? Mais qui diable est Harlan Coben?

Harlan Coben

Harlan Coben est écrivain américain de roman policier et un de mes préférés.  D’origine juive, habitant au New Jersey, il a étudié les sciences politiques à Amherst College avec entre autres, l’auteur Dan Brown.  Il est marié avec une pédiatre et ils ont quatre enfants.

Myron Bolitar, le héros d’Harlan Coben

Il a écrit plus d’une vingtaine de romans policiers, dont une série où son personnage, Myron Bolitar, est le héros.  Joueur de basket-ball professionnel blessé sérieusement à un genou, Myron doit abandonner sa carrière de sportif.  Après un passage au FBI, il devient agent d’athlètes de haut niveau.  Cette situation le mène parfois à agir  en détective privé; qu’est-ce qu’il ne ferait pas pour que ses clients soient heureux.  Il travaille avec son proche et très riche compagnon, Windsor Horne Lockwood III.  Surnommé Win, ce personnage à la limite de la psychopathie, est d’une loyauté indéfectible envers son ami Myron. Son assistante, Esperanza Diaz, alias Pocahontas, complète l’équipe. C’est une ancienne lutteuse professionnelle connue à travers le pays pour sa silhouette menue, mais dotée d’une musculature «agréable».

Rupture de contrat (crédit photo Phrenssynnes) Rupture de contrat (crédit photo Phrenssynnes)

Rupture de contrat

Rupture de contrat, voilà le roman dont je vais vous parler.  L’histoire nous amène à un litige de contrat dans le monde du football, un sport d’une importance sans borne aux U.S.A.  Myron doit renégocier  pour son poulain, un quart-arrière d’un grand talent.  Et voilà que la disparition d’une jeune fille vient brouiller les choses.  D’autant plus, la victime est la sœur de l’ancienne amoureuse de Myron.  Notre héros doit éclaircir cette disparition et défendre sa place sur le marché compétitif des agents sportifs. Tout cela, il le fait avec la douleur aigre-douce de côtoyer son ex-amante.

Quatrième de couverture:

Jusqu’à présent, Myron Bolitar, agent sportif, officiait plutôt en seconde division.  Mais en prenant sous son aile le quarterback le plus prometteur de sa génération, Christian Steele, il se retrouve propulsé en première ligne.  Entre négociation de contrat, rumeur de meurtre et photographies pornos, l’ex-agent du FBI est à nouveau sur le pied de guerre.

Ce que j’ai aimé

J’aime Harlan Coben et son héros de Myron Bolitar pour son sens de l’humour.  À la fois tendre, tenace et agressif, Myron fait preuve d’une conscience, qualité inexistante chez son ami Win. Ça bouge beaucoup dans ce roman, j’aime aussi les nombreux dialogues où l’ironie et l’art du sarcasme de Myron sont mis en valeur.  Bref, les personnages sont attachants.

Ce que j’ai moins aimé

La traduction aux accents d’argot français est irritante pour les Québécois.

Pour Win, c’était de la routine. Il maîtrisait toutes les attaques et toutes les esquives. Il excellait surtout dans l’art de tromper son adversaire. Quand on le rencontrait dans la rue, on le prenait pour une lavette arrogante et snob incapable d’écraser une pêche trop mûre d’un direct du droit. Dans un dojang, il se transformait en terreur. Le taekwondo est considéré comme un art et le mot convient parfaitement. Win était un artiste. Le meilleur que Myron eût connu.

(suite…)

Où aller en road trip ou les aventures de Brittany Brexit: Ogunquit, Maine

Rouge, brillante et très british, je suis la rutilante mini Cooper de Phrenssynnes.  Mais qui diable est Brittany Brexit?

Brittany Brexit à Ogunquit (crédit photo Phrenssynnes) Brittany Brexit à Ogunquit (crédit photo Phrenssynnes)

Où aller en road trip cet été? Mais à Ogunquit, Maine, évidemment!

Hôtel avec drapeau américain( crédit photo Phrenssynnes) Hôtel avec drapeau américain( crédit photo Phrenssynnes)

Phrenssynnes est une amoureuse d’Ogunquit, Maine.  Il ne se passe pas une année sans qu’elle aille faire son pèlerinage avec Lhom.

Pour l’océan

Oui, l’eau de l’océan est froide (variant cette année lors de notre passage de 59 à 62 degrés Fahrenheit)  mais l’endroit est si magnifique qu’elle n’en démord pas.

Plage Ogunquit à marée basse(crédit photo Phrenssynnes) Plage Ogunquit à marée basse(crédit photo Phrenssynnes)

L’air marin et sa brise purifie ses poumons, le sable fin et mouillé d’eau salé polit ses pieds ou envahit chaque replis entre ses orteils.  Quelle drôle de sensation, ça doit être.


(suite…)

Délices au bleuet du samedi

Un samedi matin, j’avais envie de manger un bon muffin frais au bleuet.  Vous savez, une belle pâte pleine de fruits et fumante quand on sépare le muffin entre nos doigts.

Et je n’avais pas le goût de cuisiner.  La paresseuse en moi a trouvé une solution.

Pour les cuisiniers paresseux, voici la recette:


(suite…)

Lectures de vacances ou Didier Van Cauwelaert.

Lectures de vacances ou Didier Van Cauwelaert

Mais qui diable est Didier Van Cauwelaert?  Site de Didier Van Cauwelaert

C’est votre lecture de vacances!

Quoi de plus agréable que de s’installer à la plage ou sur le bord de la piscine avec un bon livre par une journée de canicule.

La personne de confiance (crédit photo Phrenssynnes) La personne de confiance (crédit photo Phrenssynnes)

Didier Van Cauwelaert, un écrivain que j’aime

Et c’est un bon filon, cet écrivain. Quand je découvre un auteur intéressant, j’ai l’habitude de lire plusieurs de ses livres. Or monsieur Cauwelaert en a écrit une panoplie; plus d’une vingtaine de roman et de nombreuses pièces de théâtre. Je l’ai découvert en 1994 lorsqu’il a remporté le Prix Goncourt pour Un aller simple que je vous recommande. (suite…)

Citation positive

Citation positive

J’aime bien cette citation positive d’Alphonse Karr.

Nous, au Québec, ayons de la gratitude pour avoir des rosiers vivants.  Nous oublions vite qu’ils étaient enterrés sous quatre mètres de neige il n’y a pas si longtemps.

Citation Alphonse Karr (crédit photo Phrenssynnes)

Pour en lire plus sur Phrenssynnes cogite

Pour en lire plus sur Phrenssynnes se cultive

Abonnez-vous

Pour recevoir les dernières publications du blogue :

Philadelphie: Une destination merveilleuse car vous avez hâte de partir en roadtrip

Rouge, brillante et très british, je suis la rutilante mini Cooper de Phrenssynnes.  Mais qui diable est Brittany Brexit?

Princeton (crédit photo Phrenssynnes)

Philadelphie

Le retour de Cape May par Philadelphie

En revenant de Cape May, nous avons parcourus des routes de campagne extraordinaires.  Au lieu de prendre le Garden State Parkway passant par Atlantic City et qui comporte des péages, nous avons pris les routes 9, 47 et 55 passant par une région rurale.  Lovely!  Ce n’est pas beaucoup plus long et le New Jersey nous y offre des paysages si admirables. (suite…)

Recettes de marinade pour l’été ou comment se faciliter la vie.

Marinades au vin (crédit photo Phrenssynnes)

Des marinades pour l’été

 

Quand on est mère de famille, on finit par prendre des trucs pour arriver à faire les millions de choses qu’on veut accomplir; nourrir notre famille, faire la lessive, le ménage, les achats, passer du temps de qualité avec nos enfants, organiser des fêtes, etc…  Et quand on travaille à travers tout ça, on n’a pas le choix de s’organiser.

 

 

Recettes d’été

 

 

Je vous livre aujourd’hui un des trucs que j’ai développé pour ma cuisine d’été. Lorsque le solstice arrive, je fais toujours une recette double de marinade au vin rouge et une autre au vin blanc. Je mets le tout dans deux pots de verre que je garde dans le fond de mon frigo. Je n’ai pas vraiment testé combien de temps ces marinades se conservent. Mais je peux vous dire qu’elle dure au moins le temps d’un été au Québec, c’est-à-dire trois jours ou deux mois dépendamment des années. Ah! Ah!

 

Au retour de l’épicerie

 

Aussitôt que j’arrive de l’épicerie, je n’ai qu’à mettre la viande fraîche dans un plat de verre.  Je recouvre du minimum de marinade pour la submerger afin d’économiser sur la quantité de ce mélange si précieux rendant votre viande goûteuse et tendre.  Je trouve que dans la recette simple, il en reste toujours.  Et une fois que vous avez utilisé la marinade avec de la viande crue, vous ne pouvez pas la réutiliser une deuxième fois.

 

Le tout sera prêt dans quelques heures pour la cuisson au BBQ!  Je laisse reposer dans le réfrigérateur un maximum de vingt-quatre heures.  J’utilise la marinade au vin rouge pour le bœuf, le porc ou l’agneau.  Et celle au vin blanc, pour le poulet. Vous penserez à étiqueter vos pots pour les identifier.

 

 

 

 

 

Pots de Stephano (crédit photo Phrenssynnes) Pots de Stephano (crédit photo Phrenssynnes)

 

 

 

 

Vous pouvez aussi, mettre la viande avec la marinade dans un sac de style «ziploc» ou un sac plus écologique pour être «zéro déchet». Puis vous placez le tout au congélateur. Le temps de geler et dégeler, cela sera mariné à souhait pour être cuit sur le BBQ.

 

 

 

Je serais incapable de vous citer l’origine de ces recettes, puisque je les fais depuis la nuit des temps et je les ai adaptées à mon goût.

 

 

 

Comment se faciliter la vie

 

 

En tant que mère super efficace, vous aurez évidemment pensé à préparer assez de viande pour faire deux repas… Car on ne cuisine jamais pour un seul.  Après avoir mangé notre poulet mariné sortant du BBQ avec des légumes et du riz, on fera une salade-repas garnie de ce poulet froid.

 

 

 

Après avoir dégusté nos brochettes de bœuf, on fera un repas avec un panini de luxe avec le restant et de la moutarde forte ou douce. Sinon vous vous trafiquez une petite mayonnaise au cari pour votre sandwich au bœuf.

 

 

 

Une fois que vous avez utilisé la marinade avec de la viande crue, vous ne pouvez pas la réutiliser une deuxième fois.

 

 

 

Marinade au vin rouge (recette simple)

 

 

  • ½ tasse de vin rouge
  • 1 cuillère à thé de sauce Worcestershire
  • 1 gousse d’ail écrasée ou 1 cuillère à thé de fleurs d’ail
  • ½ tasse d’huile végétale (canola ou d’avocat)
  • 2 cuillère à table de ketchup
  • 1 cuillère à thé de sucre
  • ½ cuillère à thé de sel
  • 1 cuillère à table de vinaigre blanc
  • ½ cuillère à thé de marjolaine séchée
  • ½ cuillère à thé de romarin séché

 

 

 

 

Mélangez tous les ingrédients et verser sur la viande fraîche pour faire mariner au réfrigérateur de une à vingt-quatre heures.

Marinade au vin blanc (recette simple)

 

  • 1/2 tasse d’huile végétale (canola ou d’avocat)
    1/2 tasse de vin blanc
  • 1 cuillère à thé de thym séché
  • 3 cuillère à soupe de sauce soya
  • 1 cuillère à thé de moutarde sèche
  • 1 cuillère à soupe de sauce Worcestershire
  • 2 cuillère à soupe de Bovril au poulet (concentré de bouillon de poulet liquide)
  • 1 gousse ail écrasée ou 1 cuillère à thé de fleurs d’ail
  • 1 feuille de laurier séche
  • Poivre au goût

Mélangez tous les ingrédients et verser sur la viande fraîche pour faire mariner au réfrigérateur de une à vingt-quatre heures.

 

 

 

 

 

Pots de Stephano identifiés (crédit photo Phrenssynnes)

Comment se faciliter la vie avec Stephano

 

 

Tel que vous pouvez le voir sur mes photos, je me suis servie de pot recyclé: ceux de la sauce tomate et basilic de Stephano.

 

J’en profite pour vous faire une parenthèse et une publicité tout à fait gratuite pour Stéphano (aucun lien affilié) Cette sauce m’a été recommandée par mon ami Tino, un italien pur jusque dans l’âme.  Et il avait raison: cette sauce est délicieuse.  Disponible dans la majorité des épiceries, j’ajouterais qu’elle a l’avantage de ne pas goûter la sauce «achetée» comme celles qu’on trouve souvent en épicerie.

 

 

Vous comprenez ce que je veux dire!  Depuis que je l’ai essayé, j’en garde toujours un pot de réserve dans mon garde-manger pour me sauver la vie en cas d’attaque nucléaire ou si j’ai de la visite imprévue. Si cela vous arrive,  concoctez leur des pâtes prima Vera: légumes sautés dans l’huile d’olive servis sur des pâtes avec la sauce à Stéphano.  Et défendu de dire aux visiteurs que vous leur servez de la sauce achetée à l’épicerie du coin; histoire de sauvegarder votre aura de «super woman» hyper cool…

 

De plus, vous encouragerez un entrepreneur de chez nous.

 

 

Sur ce, je serais très curieuse de connaître vos trucs, toutes ces petites habitudes que vous avez développées pour vous faciliter la vie au quotidien.

 

 

 

En vous souhaitant un bon été, j’attends vos commentaires.

 

 

 

Phrenssynnes

 

 

 

Je n’ai reçu aucune rétribution financière pour cet article.

 

 

Trouver un équilibre peut être un défi mais manger sainement n’a pas besoin d’être compliqué!

J’attends vos commentaires avec plaisir.

Je vous remercie d’avoir lu mon article et si vous l’avez aimé, je vous invite à le partager.

 

Où aller en «road trip» ou les aventures de Brittany Brexit: Cape May, New Jersey.

 

Rouge, brillante et très british, je suis la rutilante mini Cooper de Phrenssynnes.

Mais qui diable est Brittany Brexit?

Cape May: Brittany Brexit et les belles victoriennes

 

Brittany Brexit à Cape May (crédit photo Phrenssynnes) Brittany Brexit à Cape May (crédit photo Phrenssynnes)

Premier arrêt sur le chemin 

 

Clarks Summit (crédit photo Phrenssynnes) Clarks Summit (crédit photo Phrenssynnes)

Premier arrêt sur notre route vers Cape May : Clarks Summit en Pennsylvanie.  Dodo dans un petit hôtel un peu trop abordable et malgré tout confortable selon nos deux routards.

State Street Grill

À la recherche d’un bon restaurant pour les sustenter, nous trouvons le «State Street Grill.» Un bon orage les empêche de manger sur la magnifique terrasse. À l’intérieur, Phrenssynnes a été séduite. Belle lumière tamisée, ambiance branchée et «cool» dans ce village perdu dans les montagnes à l’intersection de deux autoroutes. Lovely!

Un bon repas

(suite…)

À la recherche d’une recette exquise: cuisinez dans un tajine est la solution

Cuisiner une recette réconfortante dans un tajine

En cuisant longtemps à feu doux, la viande devient très tendre et exquise. La forme du couvercle permet aux saveurs de bien se mélanger et d’en imprégner la viande.

Portions

4 à 6

Prêt en:

3hrs 30min

Bon pour:

Dîner ou souper

À propos de cette recette de tajine

Ce magnifique tajine m’a été offert par mon amie Droit1975 et je la remercie!

J’aime beaucoup cuisiner avec ce plat particulier car les viandes, ainsi cuites fondent dans la bouche.

Traditionnellement, les recettes de tajine contiennent de la cannelle mais si vous avez lu cet article, vous savez que je n’aime pas cette épice.

C’est ce qui m’a amené à créer cette recette originale.

tajine du blogue de Phrenssynnes

Ingredients

Viande avec os pour 4 à 6 personnes : carré d’agneau, côte de veau, poulet en morceaux.

4 à 6 saucisses italiennes douces

±2 c. à table gras de canard ou beurre

1 branche céleri haché

1 oignon haché ou équivalent en échalotes vertes

± 1/ 2 c. thé herbes salées du Bas St-Laurent

½ tasse vin rouge

Herbes fraîches au goût : basilic, romarin, persil ou autres.

Je choisis différentes sortes de viandes et surtout des morceaux avec des os. Cela donne plus de saveur.

Si vous avez choisi de l’agneau, le romarin est un excellent accord avec cette viande.

Les trucs pour cuisiner dans un tajine

Ne pas enlever ou ouvrir le couvercle pendant la cuisson. Sa forme pointue permet de garder la saveur des aliments car la vapeur redescend sur ceux-ci, les rendant encore plus exquis.

 

Servir avec du couscous ou du riz au safran et des légumes.

 

La plaisir de manger avec un tajine, c’est la convivialité. Placez au centre de la table sur une planche (attention! c’est chaud).

 Instructions étape par étape