Le goût de l’élégance de Johanne Seymour

Le goût de l’élégance de Johanne Seymour

Pour la journée du livre québécois du 12 août, le livre que j’ai acheté est le dernier de Johanne Seymour.

Avant d’acheter ou de lire un livre, je lis toujours la quatrième de couverture. La voici:

“Un jour, tu te lèves, et ton destin prend une tournure inattendue. Ta petite vie ordinaire et soudain plongée au cœur d’un tourbillon dont la beauté insoupçonnable et la puissance amoureuse t’étaient étrangères. Tu n’es plus seule.

Ton île, que tu croyais déserte, est peuplée.”

(suite…)
“Ta mort à moi” de David Goudreault

“Ta mort à moi” de David Goudreault

J’ai entendu parler de ce roman sur Twitter et ma fille Kitkat me l’a offert pour mon anniversaire.  Je l’ai commencé tout en ne sachant rien de l’histoire à l’exception que plusieurs l’avait aimé.

Sur la quatrième de couverture:

«  La famille, c’est comme un bouquet de ballons: ça vole plus haut attaché serré, et on ne sait jamais lequel va crever le premier. »

On y lit aussi que l’auteur est travailleur social, chroniqueur, poète et romancier.

IMG_3005

David Goudreault nous raconte l’histoire de Marie-Maude Pranesh-Lopez.  La première chose m’ayant frappé dans ce roman est que les titres des chapitres sont dans le désordre.  Certains sont intitulés “réflexions préparatoires no 1”.  D’autres sont des sections de journal intime du personnage principal, Marie-Maude.  Et les chapitres numérotés sont désordonnées.  Exemple, le chapitre 1 est à la page 105.  J’ai été très intriguée par ce désordre.  Est-ce que cela faisait partie du processus d’écriture?  Comme si l’auteur avait écrit et intitulé ses chapitres et les a ensuite placé dans un certain ordre sans en changer les titres.  Et pourtant, on suit très bien le fil de l’histoire.  C’est là, le génie de l’écrivain.

On ne sait pas trop au début du livre qui est le narrateur. Cela ne m’a pas agacé comme dans La maison aux esprits d’Isabel Allende.  On sait que c’est le biographe de Marie-Maude Pranesh-Lopez et on apprend à la fin qui est vraiment cette personne par rapport à Marie-Maude.

IMG_3008
Crédit photo Le blogue de Phrenssynnes

Une autre particularité m’ayant étonné dans ce roman, c’est l’originalité du personnage de Marie-Maude. Troubles de l’attachement semble être le diagnostic qui explique sa personnalité.
Elle a un frère jumeau qui souffre de problème respiratoire grave.

Étant donné le tempérament du personnage principal,  on veut savoir comment ça va finir quoiqu’on sache rapidement qu’elle va mourir et comment.  Et, tout cela est intriguant.  Une fille à l’intelligence rare.

Alors qu’au départ il comptait s’en servir comme simple intermédiaire pour quelques négociations avec des importateurs australiens, le boss confiait de plus en plus de tâches névralgiques à l’unique femme de sa bande. Tandis que la vaste majorité de la vingtaine d’hommes sous ses ordres flirtait avec l’innumérisme, Pranesh-Lopez était capable de calculs mentaux complexes, habileté non-négligeable lorsqu’on est mêlé au trafic de milliers d’armes de poing et de fusils mitrailleurs. Elle mémorisait chaque transaction et pouvait se passer de notes.

J’aime l’écriture de David Goudreault. À preuve, cet extrait où un chef de gang se délecte dans son bain.

Huynh se prélassait dans son bain moussant, une coupe de Petrus dans une main, une de ses prostitués préférées sous l’autre.

Et quelques instants plus tard où il vient d’apprendre qu’un délateur vient de le rapporter aux policiers et que ceux-ci s’en viennent.

Son contact lui raccrocha au nez, coupant court à ses inutiles renâclements. Lahela relâcha de suite le phallus détumescent du gangster, faisant preuve d’un discernement certain. Pantois, le cul dans l’eau chaude, l’homme perdit de précieuses secondes à encaisser le choc. Il jugea, avec raison, que s’il quittait son bain spacieux à la robinetterie d’or maintenant, il ne le retrouverait jamais. La liberté lui parut tout de même plus attrayante.

Moi qui écris aussi, je crois que j’aurais  été incapable d’inventer  des caractères aussi originaux. Vers la fin Marie Maude est propriétaire d’une maison où toute une tribu de personnes vient habiter.  Je me suis demandé où David Goudreault était allé chercher l’inspiration pour créer ces personnages tout aussi loufoques les uns que les autres.  C’est en relisant la quatrième de couverture que j’ai fait une supposition.  L’auteur est travailleur social et il s’est peut-être inspiré du genre de clientèle qu’il doit côtoyer dans son quotidien.

Un livre différent, original. À lire.

Avez-vous déjà lu David Goudreault?

Bonne lecture.

Phrenssynnes.

P.S. David Goudreault et ses éditeurs n’ont pas été mis au courant de ce projet.