Thé, muguet et autres bonheurs.

Thé, muguet et autres bonheurs.

 

J’ai aimé le thé avant d’y goûter.  Je ne me rappelle pas quand j’en ai bu pour la première fois. Je me souviens, par contre, de la sensation de ce goût âcre qui m’avait tant déçue.  Pourtant, les héroïnes d’Emily Brontë en buvaient toutes.  Tous les jours, plusieurs fois par jour.  Je me devais d’aimer le thé.  Le thé et la bruyère des romans anglais, quels beaux rêves dans mon adolescence.

 Avant de lire ces fictions britanniques, le thé représentait pour moi, cette horrible poche carrée, molle et brunâtre pressée à la petite cuillère par mes parents dans leur tasse.

 Ce n’est qu’à l’université grâce à mon (suite…)