Top lecture: l’incroyable roman Signe de vie de J.R. Dos Santos

Top lecture: l’incroyable roman Signe de vie de J.R. Dos Santos

J’ai lu pour vous le livre Signe de vie de J. R. dos Santos.

Quatrième de couverture

« Voilà quarante ans que les antennes de l’institut SETI, en Californie, écoutent en silence l’espace infini. Quand soudain, un signal leur parvient, depuis les étoiles, par fréquence radio. Erreur de calcul ? Simple satellite ? La NASA, l’Agence spatiale européenne, la CNSA chinoise, le pape lui-même sont obligés d’en convenir : nous ne sommes pas seuls.

Que dit ce message d’origine extraterrestre ? Pour le savoir, personne n’est mieux indiqué que le cryptanalyse Tomás Noronha. Les grandes ambitions de la mission internationale conduiront Tomás bien au-delà du simple déchiffrage, à bord d’une navette, à la rencontre de l’inconnu… »

(suite…)
Un essai captivant à lire cet été 2021: Histoire populaire de l’amour au Québec, De la Nouvelle-France à la Révolution tranquille

Un essai captivant à lire cet été 2021: Histoire populaire de l’amour au Québec, De la Nouvelle-France à la Révolution tranquille

Tome 1 — avant 1760 de Jean-Sébastien Marsan

Je vous présente une bonne suggestion de lecture pour l’été 2021. C’est un livre différent de mon registre habituel. Madame A de mon club de lecture m’a proposé le premier tome de l’Histoire populaire de l’amour au Québec. L’amour au temps de la Nouvelle-France. Wow! Quel sujet!

(suite…)
La maison aux esprits d’Isabel Allende

La maison aux esprits d’Isabel Allende

Isabel Allende.  Cette auteure m’a été recommandée depuis longtemps par une collègue mais je ne l’avais pas encore lue.  Puis ma sœur m’en a aussi parlé.  Je me suis alors décidé et j’ai acheté “La maison aux esprits” pour commencer par un de ses best-sellers.  J’ai choisi l’édition livre de poche car j’adore cette grosseur de bouquin.

Je dois avouer je me suis sentie longtemps perdue dans ce roman car je cherchais toujours qui était le narrateur jusqu’à ce qu’il change.  Écrit à la troisième personne, tout d’un coup, l’histoire est au “je”.  On reconnaît vite le “je” comme étant Estéban Trueba.  Et ensuite on revient encore au narrateur omniscient dont on ignore l’identité.  Cela m’a agacé un peu et j’ai persisté car en général quand j’achète moi-même un roman, je tiens à le finir.  Ce qui n’est pas le cas d’un livre emprunté à la bibliothèque.

J’ai trouvé la lecture ardue, l’écriture étant parsemée de mots inconnus de moi.  Ce   qu’adore ma sœur.  Elle s’amuse souvent à écrire des textes incompréhensibles avec sa collection de mots nouveaux récoltés lors d’une de ses lectures.

Exemple de mots bizarres: catafalque, pétaudière, anachorète,  galène, syllabaire, houppelande, pythonisse et cantilène.  Connaissez-vous la définition exacte de tous ces mots?

Est-ce que cette panoplie de termes rarement utilisés dans la langue française vient du fait que le texte original est en espagnol?  Ou est-ce dû à l’érudition phénoménale de l’écrivaine?  En tous les cas, la mienne a augmentée!

Une autre chose qui m’a un peu rebutée, est, je crois, que je ne me suis pas vraiment attachée ou reconnue dans aucun des personnages.  Sûrement pas à travers Estéban Trueba, cet homme violent incapable de contrôler ses émotions ou Clara, sa femme aux pouvoirs soit disant “extralucides”.

IMG_2964

Dans une grande partie du début, j’ai eu de la difficulté à situer l’époque exacte à laquelle l’histoire se passe.  Mais ensuite, lorsqu’elle décrit les problèmes politiques et le coup d’État, tout est clair.

Parfois on lit un livre, on embarque dans le récit et on ne sait pour quelle raison, à un moment donné, on décroche.  Et l’auteur nous perd.  Dans ce livre d’Isabel Allende, ce que j’ai trouvé difficile, c’est que je n’ai pas embarqué au début.  Est-ce à cause du narrateur?  Mon attachement aux personnages?  Mais une chose est claire, il n’y a pas eu de moment où j’ai véritablement débarquée de l’histoire.  Preuve pour moi d’une grande littérature.

Tout cela étant dit, je peux  vous assurer que du point de vue littéraire Isabel Allende est une écrivaine hors pair.  Ses personnages sont bien campés et les boucles sont bouclées!  On apprécie la lecture, un coup le livre terminé comme cela arrive dans les grandes œuvres.

Et vous?  Avez-vous lu Isabel Allende?  L’avez-vous aimée?

Phrenssynnes.

P.S. Isabel Allende et ses éditeurs n’ont pas été mis au courant de ce projet.

 

 

 

“Madame Hemingway” de Paula McLain

“Madame Hemingway” de Paula McLain

Quatrième de couverture

Chicago, octobre 1920.  Hadley Richardson a 28 ans et débarque du Missouri.  Elle fait alors la connaissance d’un jeune homme de 20 ans, revenu blessé de la Grand Guerre, Ernest Hemingway.  Après un mariage éclair, ils embarquent pour la France et se retrouvent à Paris au cœur d’une “génération perdue” d’écrivains anglo-saxons expatriés -Gertrude Stein, Ezra Pound, James Joyce, Francis Scott Fitzgerald…

Rive gauche, entre l’alcool et la cocaïne, la guerre des ego, les couples qui se font et se défont et la beauté des femmes, Ernest travail à son premier roman, Le soleil se lève aussi, qui lui apportera consécration et argent.

Mais à quel prix?  Hadley saura-t-elle répondre aux exigences et aux excès de son écrivain de mari?  Pourra-t-elle rester sa muse, sa complice, son épouse?

Madame Hemingway

Roman Paula McLain

Mais qui diable est Hadley Richardson?

Ce livre m’a été prêté par mon amie “droit1975”.  Oui, “droit1975” contribue beaucoup à ma culture.

Ce que j’ai aimé:

J’ai adoré ce roman de Paula McLain.  Écris au “je”, on découvre la vie d’Hadley avec Ernest Hemingway au début de sa carrière d’écrivain.  Ni l’un, ni l’autre ne savait qu’Ernest deviendrait un pilier de la littérature américaine et remporterait un jour le Prix Nobel.

On vit avec eux les difficultés d’un jeune couple vivant à Paris avec peu de moyen.  L’écriture de madame McLain nous rend Hadley très attachante et même si on sait comment l’histoire va finir, l’auteure ne m’a pas perdue un seul instant. Aucune longueur.

Une belle main d’écriture dont voici un parfait exemple.  Hadley nous décrit Zelda, l’épouse de Francis Scott Fitzgerald lors de leur première rencontre.

Elle avait déjà ce je ne sais quoi de flou dans l’attitude quand elle se leva pour nous serrer la main, quelque chose de trouble qu’elle semblait même cultiver.  Sa robe, un pâle fourreau de couches vaporeuses superposées, bougea comme en rêve autour d’elle quand elle se rassit.  Elle avait le teint clair, les cheveux blonds ondulés, tout en elle donnait l’impression d’être de la même couleur, à l’exception de sa bouche, peinte en rouge sombre, qui se découpait en une éclatante ligne droite.

Ce que j’ai moins aimé:

Madame Hemingway est un roman mettant en vedette de vrais personnes; Paula McLain mentionnent à la fin du livre qu’ils sont, dans son histoire, des personnages imaginaires. Par contre, elle s’est appuyée sur de nombreux documents historiques pour relater leurs vies.

Je ressens un certain malaise en m’imaginant à la place d’Ernest Hemingway et d’Hadley Richardson.  Je disais même à Lhom, suppose qu’on écrive un roman sur nous en y décrivant notre relation intime.  Pour reprendre l’expression, je crois que je me retournerais dans ma tombe et serais un peu choqué qu’une auteure relate de tels moments intimes qui ne se sont probablement pas passé comme elle le décrit…  On a le droit de faire ce qu’on veut avec la fiction mais le lecteur doit prendre gare et ne pas croire que c’est la réalité exacte.

C’est une belle lecture qui nous rapproche d’Hemingway et nous donne envie de lire et relire les livres de ce géant littéraire.  Et une excellente suggestion pour un cadeau de Noël.

Bonne lecture.

Phrenssynnes

p.s. Paula McLain et ses éditeurs n’ont pas été mis au courant de ce projet.

 

 

“La disparition de Stephanie Mailer” par Joël Dicker

“La disparition de Stephanie Mailer” par Joël Dicker

Le dernier roman de Joël Dicker.
Quatrième de couverture.

« 30 juillet l994. Orphea, petite station balnéaire tranquille des Hamptons dans l’État de New York, est bouleversée par un effroyable fait divers : le maire de la ville et sa famille sont assassinés chez eux, ainsi qu’une passante, témoin des meurtres.
L’enquête, confiée à la police d’État, est mené par un duo de jeunes policiers, Jesse Rosenberg et Derek Scott. Ambitieux et tenaces, ils parviendront à confondre le meurtrier, solides preuves à l’appui, ce qui leur vaudra les louanges de leur hiérarchie et même une décoration.
Mais vingt ans plus tard, au début de l’été 2014, une journaliste du nom de Stephanie Mailer affirme à Jesse qu’il s’est trompé de coupable à l’époque.
Avant de disparaître à son tour dans des conditions mystérieuses.
Qu’est-il arrivé à Stephanie Mailer?
Qu’a-t-elle découvert?
Et surtout : que s’est-il vraiment passé le soir du 30 juillet 1994 à Orphea? »

Ce que j’ai moins aimé :
Tout un pavé : 635 pages!

Une grosse trentaine de personnages, tellement qu’il y a une liste des principaux à la fin du livre… afin de pouvoir s’y retrouver. Au début de la lecture, ça prend un peu de concentration afin de tous les connaître. À ne pas lire en même temps qu’un autre roman sinon vous vous y perdrez. Avec un tel nombre, l’auteur ne peut pas développer l’histoire de chacun aussi profondément qu’il le devrait, du moins pour certains.
Exemple, je trouve qu’il a un peu trop creusé l’histoire d’enfance de Jesse Rosenberg; un récit d’humiliation de la part de ses grands-parents. Par contre, j’aurais aimé en apprendre plus sur l’enfance et la vie d’un autre homme évoluant dans le roman d’une façon pour moi plutôt inattendue : Steven Bergdorf. Je m’attends d’ailleurs à une suite ou un autre livre avec ce fameux personnage.
L’auteur a failli me perdre avec Kirk Harvey, sa pièce de théâtre et tout ce qui tourne autour. Peu plausible que tant d‘acteurs dans le roman veuillent jouer dans cette représentation théâtrale. J’ai tenu bon pour vous! Et vous faire ma critique!

La disparition de Stephanie Mailer

Livre de Joël Dicker

Ce que j’ai aimé : (suite…)